• Bienvenue à tous les lecteurs !

    Bienvenue à tous les lecteurs !

  • Visites

  • Catégories

  • Agenda

    avril 2021
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Que vous soyez lecteur ou auteur, ce site est fait pour vous

    Vous trouverez des articles sur mes lectures, mais aussi de nombreuses chroniques, des hebdos, des photos de ma bibliothèque et mes piles à lire. Je cherche à promouvoir les jeunes écrivains en devenir mais aussi à débattre sur les best-sellers...
    J'ai écrit deux romans, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site Edilivres
    http://www.edilivre.com/une-question-de-confiance.html#.VYMjWka85Ec
    http://www.edilivre.com/l-enquete-espagnole.html#.VYMjeUa85Ec
    Je me ferai un plaisir de vous dédicacer ces petits livres!

  • Pages

  • Fils RSS

  • Instagram

    Suivez-nous

Comment lire/ Quoi lire en temps de crise ?

Posté par bouquinsprlefun le 16 novembre 2015

Comment lire/ Quoi lire en temps de crise ? dans Chroniques diverses dsc_6877-1-225x300

Comme vous tous, les évênements m’ont vraiment,

profondément, sincèrement boulerversée. Je n’ai plus

envie de rien, plus envie de prendre du plaisir à regarder

un film, lire un livre ni même manger du chocolat. Rien.

Mais le temps va passer et il va bienarrow-10x10 dans HEBDO falloir reprendre

notre vie comme avant, normalement, et essayer de

sortir ces images affreuses de devantarrow-10x10 nos yeux. Je

pense aux blessés survivants, aux témoins, aux

accueillants de ces victimes, aux personnels soignants,

habitants du quartier, proches des victimes, personnes

qui sont à l’hôpital en train d’attendre le décès de leurs proches criblés de

balles. Je pense sans cesse à l’inhumanité, au carnage, à la violence, à la

gratuitéarrow-10x10 au triste sort, au destin de ces personnes. A leur solidarité, leur

héroïsme, leur soutien profond dans la survie. A la peur des gens restés

cachés en attendant la mort. Impossible pour l’instant de penser à autre

chose. Je pense aux mots des dirigeants. « Il faut s’attendre à d’autres

répliques ». A l’insécurité, au silence de la minute de silence, aux bougies, aux

angoisses, aux questionnements. Je pense au 11 Septembre qui m’avait déjà

totalement bouleversée à l’âge de 14 ans. Je pense à mes élèves de 14 ans et

au choc qu’ils doivent vivre. Tout près de nous, tout près de chez nous, ça aurait pu être nous…

Alors, j’ai du mal à choisir des lectures. Aucune envie de lire. J’ai donc

préparé quelques livres assez soft qui dormaient dans ma bibliothèque et que

je n’aurai pas lu en premier. Mais ceux-là ne me feront peut-être pas trop

penser au carnage. Je ne pense pas du tout pouvoir me concentrer sur une

pagearrow-10x10, aucune envie de comprendre, aucune envie de me plonger dans autre

chose, cerveau fatigué, énervé, choqué. J’ai essayé mais je n’y comprends

rien. Les lignes se confondent, les lettres se mélangent, c’est comme quand

je m’informe sur les attaques, je n’y comprends plus rien. Je pense à la haine

et a la paix, la tolérance, au respect, au partage. Je pense à ces anonymes,

innocents, mort pour quoi ? Pourquoi tant de haine sur cette terre? Au nom

de quoi ? Je pense aux jeunes générations et à la violence dont ils témoignent

actuellement. Laissant place à toute la violence et la haine envers ce qui est

différent. Je pense au Stade de France, où les victimes auraient pu, là

encore, se compterarrow-10x10 par centaines. Pourvu qu’ils ne préparent pas un coup avec

un avion, des bombes sous la Tour Eiffel ou que sais-je encore.

J’espère que cette liste de livres vous inspirera un peu, elle peut vous aider à

choisir dans votrearrow-10x10 liste de livres, des livres un peu variés, pas seulement les

Gilles Legardinier, légers et frais, mais aussi des livres qui changent.

Keep calm and enjoy life…

Publié dans Chroniques diverses, HEBDO | Pas de Commentaire »

R.I.P.

Posté par bouquinsprlefun le 14 novembre 2015

R.I.P.  dans Chroniques diverses 12241502_1038997219466830_4033289522344365977_n-300x300

Peu de mots pour décrire le choc, peu de mots pour

exprimer ce que nous tous ressentons.


Aucune envie de rien. 

Il va falloir du courage, il va falloir prendre du recul, continuer à vivre.

Plus rien ne sera jamais comme avant. Personne n’est à l’abri.

Garder à l’esprit que la vie est courte, que tout bascule en une seconde.

Que le cauchemar peut être bien réel. Que ça n’arrive pas qu’aux autres.

« On ne peut pas combattre le terrorisme avec du scotch ». Citation à la base

comique mais qui me revient à cette heure-ci. L’heure est grave, on l’a tous

compris. Sauf que maintenant, on en est sûrs. Sauf que maintenant,on sait à

quoi s’attendre. Ou pas du tout.

12219595_1663977063859626_1696302394623898223_n-290x300 dans Chroniques diverses Continuer …

Mon métier, c’est d’enseigner.

Que répondre à ces enfants de 6 à 16 ans ? Comment

réagir à leurs questionnements, qui seront sans

doute les mêmes que les nôtres, enseignants

démunis face à une menace que personne ne

maîtrise ? Que répondre à leurs craintes, leurs

inquiétudes, leurs incompréhensions alors que

nous-mêmes ne savons que faire, que nous nous

sentirons tout aussi désarmés, à découvert, sans gilet

pare-balle ni armes de point pour nous protéger ? Qui protège qui ? Comment

leur répondre que ça n’arrivera pas « chez nous », puisque la France, c’est chez

nous ? 65 000 000 de Français touchés en plein coeur, de nombreuses victimes

réelles, de nombreux impacts post-traumatiques. Que répondre aux enfants

alors que notre incompréhension augmente petit à petit en voyant arriver des

images, des vidéos, des témoignages juste ahurissants ? C’est du réel, c’est

totalement non maitrisé, mais si c’est seulement le début… que répondre ? On

n’est pas des machines, on est juste des humains devant 30 humains, on ne

maitrise rien du tout.

Publié dans Chroniques diverses | Pas de Commentaire »

Concours livre : à gagner : « Les fantômes d’Eden » de Patrick Bauwen grand format

Posté par bouquinsprlefun le 11 novembre 2015

Concours livre : à gagner :

CONCOURS NUMERO 4 !

 

Tentez de gagner « Les fantômes d’Eden » de P. Bauwen, superbe roman,

à l’occasion des 200 « J’aime » de ma page FB !

 

 

 

 

 

ATTENTION, pour participer, il vous faut :
-aimer ma page FB https://www.facebook.com/bouquinsprlefun/
-me dire en commentaire de ce post quel article de mon blog vous avez

préféré
-partager ma page FB ou copier mon article en mode public et y notifier au

moins deux de vos amis
-une chance de plus si vous publiez un lien de ce concours sur votre blog

littéraire ! Je vérifie tous les liens.



-attendre le tirage au sort du DIMANCHEarrow-10x10 dans CONCOURSarrow-10x10 22 NOVEMBRE 2015

 

Bonne chance ! Et que le sort vous soit favorable !!!

En guise de résumé :

Il était une fois, en Floride,

cinq ados partis à l’aventure.

Ils vous feront rire. Pleurer. Frissonner.

Mais ce qu’ils affronteront les changera à jamais.

Et l’un d’ex sera assassiné.

C’est sur ce crime que j’enquête.

…parce que le mort, c’est moi.

 

Un mélange d’ambiances, de styles, d’environnements, une histoire passionnante avec des retours dans l’enfance du narrateur, des histoires de fantômes, d’envie de vengeance, de nouvelle vie…

J’ai adoré à la fois l’histoire, l’ambiance, les mystères que l’on dévoile petit à petit.

C’est l’histoire d’un type qui veut changer de vie. Il fonce à travers les Etats-Unis, atterrit au Wyoming, et décide de s’y installerarrow-10x10 pour reprendre sa vie en mains, reprendre goût à la vie et revenir en forme chez lui, dans le sud.

En apprenant à le connaître, le lecteur va être totalement pris au jeu : il va découvrir son enfance, comment il a connu ses deux meilleurs amis, dans quel coin il vivait, ce qui s’y passait, et des légendes sur la ville d’Eden, notamment avec le cimetière où il s’est rendu étant enfant, cimetière hyper effrayant.  L’atmosphère est tellement bien décrite que l’on s’y croirait. Descriptions précises mais pas trop longues, rythme, changements passé/ présent et également alternance vie d’avant/ nouvelle vie rendent le style très particulier. Mais on arrive très bien à suivre.

SPOILER :

Petit à petit, au fur et à mesure que le personnage, Paul, revit, se remet en forme, se ressource en pleine nature, on comprend de plus en plus ce qui a perturbé sa vie lorsqu’il était jeune.

On y découvre qu’une de ses camarades, Sarah, qu’il aimait tant, lui avait à l’époque raconté une histoire. Une histoire qui le concernait de très près.

On se représente bien la maison de Sarah, totalement hors du réel, dans un cadre très mystérieux, et on veut en savoir plus sur cette Sarah et sur les liens entre elle et Paul.

Se mêlent à cela une ambiance un peu spéciale, très spirituelle, avec des histoires d’indiens, d’attrapes-rêves, et d’une nouvelle amitié de Paul avec un habitant des environs, à qui il enseigne la lecture notamment à l’aide d’une tablette ! Drôle de modernité sur fond de « Into the wild » !

D’autre part, j’ai eu un sentiment de « déjà vu » comme par exemple avec Zodiaque ou Dolmen en raison de ces amitiés étant enfants, amitiés dont le personnage principal n’est pas revenu indemne. Comme un secret qui ne se dévoilera que tardivement dans le livre, mais c’est tout l’intérêt.

Ce qui est super sympa, c’est cette façon de mener l’enquête alors que je n’ai pas du tout pensé que ce livre était un policier! On s’interroge mais le mystère est dévoilé petit à petit sous forme de souvenirs, de retours dans le passé et de rencontres dans le présent. C’est très bien fait, très malin !

Il y a aussi un aspect philosophique sur la vie, sur les combats à mener dans la vie, puisque Paul parvient à se sauver la vie, en menant un énorme combat pour être en bonne santé. Le combat, c’est maigrir. Ca me rappelle quelqu’un… moi. Il fait du vélo pour renaître, et est méconnaissable, ce qui lui permet de revenir incognito chez lui après transformation !

Enfin, je conclurai par le fait que tout le monde rêverait de revenir après sa mort, d’observer les proches et de comprendre ce qu’il n’a pas compris, ce qui fait de ce roman un petit bijou, complexe et à la fois si réel qu’il en devient hyper attrayant et qu’on a envie, nous aussi, de partir au bord du lac afin de s’y ressourcer !

Extrait :

« Ce que l’on trouve dans la boite en fer

Mot écrit à la main, encre bleu ciel, sur une feuille de cahier d’écolier à grands carreaux.

Date inscrite sur la feuille : mardi 5 septembre 1978.

« Paul Becker, arrête de me jeter des bouettes en papier dans le dos pendant la classe. Depuis la rentrée tu racontes que c’est Cameron et Jerry, mais je sais parfaitement que c’est toi. Arrête sinon je le dis à mon père. Sarah L. »

SES AUTRES ROMANS  : L’oeil de Caine, Seul à savoir, et Monster.

J’ai hâte de les découvrir. Et vous ?

Publié dans Chroniques diverses, CONCOURS | 6 Commentaires »

L.E.A. Langues Etrangères Appliquées

Posté par bouquinsprlefun le 9 novembre 2015

Et si on s’donnait rendez-vous dans DIX ANS ?

Les dix ans des LEA, promo 2005

Un hasard, un coin d’amphi, un bout de trottoir, un panneau d’affichage, une place à la phonothèque, un exposé en langue orale, un petit coin de Patio… autant de choses qui ont changé notre destin pour toujours.

ON A BIEN FAIT DE CHOISIR LEA POUR PASSER UN MOMENT DE VIE ENSEMBLE.

Je pourrai écrire un livre sur cette aventure que j’ai vécue. Je pourrai écrire un livre sur toutes ces années, avec un minimum de recul. Mais je ne ferai qu’un tout petit article. Ma mémoire est remplie de souvenirs, très présents dans ma vie, et encore plus quand je réfléchis et que je me rends compte que cela fait déjà … 10 ANS.

 

L.E.A. C’est bien plus que trois lettres étalées sur du papier ou sur la toile. LEA, c’est ma famille, mon cœur, mon histoire. C’est un groupe, ce sont des gens bien, des amis, des confidents, des frères et sœurs de cœur, des membres d’un clan incroyable venus de tous horizons et partis explorer le monde… une chose est sûre, on en est revenus changés et grandis, sans jamais oublier. Un lien spécial nous unira toujours, malgré le temps qui passe. Malgré les chemins que prennent chacun pour faire leur vie, où qu’ils soient dans le monde !

Il y a dix ans déjà…

Nous quittions avec bonheur nos petits lycées de ville ou de campagne, avec le bac en poche, certains en L ou en ES le plus souvent. L’été de mes 18 ans avait passé tellement vite. Très bel été avec mes amis, fêtes et anniversaires notamment. Nous devenions majeurs, nous devenions « grands »… Je n’avais pas de regrets, je voulais juste découvrir une autre vie, je savais que j’étais faite pour la fac avant même d’y aller. Mais quelle expérience que la première rentrée à la fac. Nous étions tous petits dans un univers immensément riche, inconnu, et tant d’opportunités s’offraient à nous.

Liberté, choix, réflexions, décisions…

Depuis si longtemps que j’avais choisi mon orientation, sans douter une seule fois de mon choix, j’étais persuadée que c’était LE choix le plus sympa, et surtout je voulais vivre enfin seule près de la fac… Souhait exaucé, sans même avoir besoin de travailler en plus des cours la première année. Par la suite, ça sera baby-sitting. Pour d’autres, ça sera « phonotèque » sur le campus. Mais j’y reviendrai plus tard.

Repérages d’avant la rentrée, visites d’appartements, tout était bon pour visiter un peu les environs du campus… que je ne verrai plus jamais de la même façon par la suite. Ni le campus, ni les rues pour y aller, ni la gare de la ville, ni la Cathédrale, les magasins, les parcs, les resto U, Gallia,  ni rien en fait.

Premiers contacts pour l’inscription, premières entrées dans ce qui serait notre bâtiment principal, abritant notre Cafet’, nos amphis les plus habituels, notre petit jardin où nous nous poserions entre deux cours… et pourtant, ça n’était pas franchement beau au premier abord.

Ce que vous faites de vos études, les gens que vous rencontrez, le hasard, vos capacités à aller vers les autres détermineront le reste de votre vie. Mais pas seulement…

Australie, Etats-Unis, Allemagne, Angleterre, France, de nombreux LEA sont voyageurs. Ils ont établi leur camp de base plus ou moins loin, mais je sais qu’on est reliés, qu’on existe en tant que « groupe » et que tout ce qu’on a partagé nous rapprochera toujours, d’une manière ou d’une autre. Je sais que malgré le temps qui passe, il reste un lien de fraternité, des rires, des sourires, et surtout de merveilleux souvenirs dont témoignent les quelques photos prises lors de soirées, d’anniversaires ou encore de vacances communes. J’imprime dans ma tête les meilleurs moments, les dizaines d’heures passées ensemble dans ces endroits de la « grande ville » qui resteront « chez moi ». Le Campus côté UMB, (c’est-à-dire le Patio), le parvis de la fac de droit, la rue de l’Université, le Palais Universitaire, mon ancienne rue, mon ancien immeuble, mon ancien parc de la Citadelle qui fleurit et refleurit à chaque printemps… et tous ces lieux reflètent bien notre état d’esprit de l’époque : on était si pris dans la période des études qu’on ne pensait jamais qu’elles passeraient si rapidement, et ainsi pensent certainement les nouveaux étudiants, comme d’habitude.

Fraternité, partage, délires…

Dans un groupe, on se sent invincible, on se sent apprécié à sa juste valeur car on a des points communs incroyables, on a décidé d’être là et de réussir. On sait que tout n’est jamais tracé, tout n’est jamais tout noir ou tout blanc, on ne peut pas tout prévoir dans la vie. Mais on profite, et le temps passe. Puis viennent les premiers six mois les uns loin des autres, et malgré tout, ce lien qui nous unit ne disparait pas. C’est ce qui fait notre force et qui me donne le sourire dès que je repense à chacun d’entre eux et à un souvenir, ou deux, ou trois, qu’on a en commun.

Une chanson, un sourire, une soirée, un livre, une odeur, un goût, un chiffre, une phrase, un délire… Un regard, un film, une nuit blanche, des Nouvel An, des vacances, des mariages, des naissances… Je suis fière de faire partie d’un groupe de gens bien. Il faut dire que j’ai eu une chance incroyable de tomber sur les bonnes personnes, même si je n’en étais pas consciente au début. Choisir la même voie après le lycée ne suffit pas forcément à développer une amitié aussi sincère. C’est juste le début d’une histoire qui nous est propre, qui évolue en fonction des options de la fac, des affinités, des ressemblances et des différences, dans une option d’éternelle tolérance, de curiosité, de lien social qui se crée forcément quand on rencontre des gens d’exception.

On s’attache, ce qui ne tue pas nous rend plus fort, I’ll go wherever you will go, parce qu’on vient de loin…

Cette richesse apportée par notre fac de LEA est immense, elle porte le symbole du multiculturalisme mais aussi de notre attachement à nos valeurs françaises, notre région, et surtout Strasbourg. Ville que je n’aurais jamais cru autant aimer un jour. Ville qui me manque. Ville que je revisite en me souvenant que là, on était allés boire un verre, puis deux, puis trois, là on avait fait une soirée crèpes, là on avait fait plusieurs concerts. Ici, on allait manger de temps en temps, un lieu chargé d’histoire, d’étudiants qui se croisent et se séparent entre deux cours, un lieu qui m’avait beaucoup impressionnée la première fois, comme une cave qui se dissimule dans une vieille maison et qui fait écho à tous les ragots d’étudiants qui chahutent et se confient (pour 3 euros et à 100m du tram).

Le refuge

Ici, on avait vu des couples se faire et se défaire, on avait quitté notre carapace de petits lycéens pour profiter de la vie, de la ville, des amis, on avait passé des heures à discuter au carrefour de nos appartements, parlant de tout et de rien, de nos passés, et de notre vision de l’avenir. On avait passé de nombreuses heures à travailler dans une bibliothèque qui au départ était froide et sans vie et au final devenait un lieu de convivialité et de fraternité. On avait bu mille cafés et on s’était donnés rendez-vous tant de fois dans cette immonde cafet, devenue un peu notre « QG », notre lieu de vie, notre refuge, et finalement un endroit coloré, joyeux, et si attrayant comme on voit dans les films. On était passés du rire aux larmes, des délires aux coups durs en se soutenant. Certains partaient, venaient, déménageaient, soufflaient leurs bougies, tout le monde profitait. Les difficultés étaient moins fortes quand on était tous ensemble. Rattrapages pour les uns, nouvelle école pour d’autres, redoublements, choix différents, on savait une chose : que notre fac de Langues Etrangères Appliquées nous rendait plus forts, plus adultes, plus humains que jamais. Nos qualités, nos défauts, nos difficultés, tout se transformerait rapidement en béton armé pour construire notre amitié. 

LEA, une partie de moi…

not the end…

Publié dans Chroniques diverses, HEBDO, Nouvelles | Pas de Commentaire »

La série « Le passager » adaptée de JC Grangé sur France Télévisions

Posté par bouquinsprlefun le 7 novembre 2015

Le passager de JC Grangé : Adaptation en série sur France Télévisions. Ma chronique

Décidément, après TF1 et la talentueuse Alexandra Lamy, c’est France Télévisions qui diffuse une série adaptée d’un autre très bon livre. Je suis fan de J.-C. Grangé depuis le jour où j’ai vu Rivières Pourpres. Jean Reno et son acolyte m’avaient fascinée. Après l’effroi, l’horreur des corps mutilés, j’avais adoré l’enquête. Ainsi que le second film. J’ai tout fait à l’envers, puisque j’ai lu les livres après. Un grand moment. JC Grangé a le dont de penser à tous les détails, de décrire, rendre les scènes très spéciales, et d’envoûter le lecteur et indirectement le spectateur.

Alors j’ai tenté la soirée spéciale Grangé que proposait France 2 le 6/11/15 et j’avoue ne pas regretter. Bien au contraire, j’ai été immédiatement plongée dans le thème, dans le rythme, dans l’enquête. Non seulement grâce au talent de l’auteur, mais aussi et surtout à la production, aux acteurs que je ne connaissais pas, et à la musique, aussi.

Donc, le premier épisode de la série, c’est lorsqu’on découvre un corps avec une tête de taureau près de Bordeaux. Une vraie tête d’animal. Une jeune femme est sommée de mener l’enquête. Parallèlement, un homme désœuvré, qui a perdu la mémoire, est suivi par un psy qui ne semble penser qu’à son travail et au profil psychologique et psychiatrique de tous les gens qu’il rencontre. Il pratique d’ailleurs l’hypnose et permet  à Philippe Bonfils de recouvrer un peu la mémoire. Par ailleurs, la femme fonce interroger des témoins, ce qui s’avère dangereux et peu fiable.La flic et le psy vont devoir coopérer afin de mener à bien leurs missions.

Second épisode, là encore, les attentes sont fortes. L’épisode s’appelle Prométhée. On est certain de passer un bon moment dès le début. Un autre meurtre a été commis. Plusieurs enquêtes gravitent autour d’une enquête plus centrale, et il va falloir que nos deux personnages principaux creusent chaque piste pour découvrir la vérité. Des tags faits par des jeunes intéressent particulièrement les enquêteurs. Le téléspectateur va assister à cette curieuse coopération professionnelle, un duo improbable peut vraiment faire la différence dans un livre ou une série. La mythologie se mêle à cette histoire, et les compétences respectives de la policière et du docteur, très différentes mais néanmoins primordiales pour l’avancée de l’enquête, vont très bien se compléter. Il y a pour moi plus d’action dans ce second volet, gros mots, violences, attitudes inattendues du psy qui révèle sa personnalité, de l’inspectrice qui gère les problèmes sur le terrain; de tous les comédiens en général. Le jeu est fluide, réaliste, bien fait.

Le psy me rappelle un peu Marc Lévy ou Bruno Wolkowitch,  un peu « passe-partout », un peu « banal », mais très bien dans son rôle, très sérieux, vif, une voix qui marque. L’inspectrice paraît aussi très bien dans le rôle de la gentille flic qu’il ne faut pas énerver. La comédienne a tout à fait le profil, elle est bien dans ses baskets, elle donne de la fraicheur, de la jeunesse et de l’empathie aussi. On s’attache.

Le suspense est assez présent, mais plus dans le second que dans le premier épisode. La série semble intéressante, je regarderai la suite. Pas de comparaison avec le livre cette fois-ci, tout simplement car j’ai dû le lire il y a 15 ans et que je ne m’en souviens plus. Je le chercherai à l’occase.

Bonne journée de lecture, amis internautes.

Publié dans Chroniques diverses, HEBDO, Romans dont on a produit le film | Pas de Commentaire »

Les nouveautés littéraires de Novembre !

Posté par bouquinsprlefun le 30 octobre 2015

sors-de-ma-vie-697131-121-198 the-book-of-ivy,-tome-2---the-revolution-of-ivy-683667-121-198 un-flair-infaillible-pour-le-crime-687087-121-198 utopiales-2015-686597-121-198 retiens-ton-souffle-678036-121-198  insomnies-en-noir-374629-121-198

krewe-of-hunters,-tome-10---quand-veillent-les-ombres-678055-250-400 la-patience-du-diable-400186-121-198 le-parcours-696796-121-198 linceuls-de-glace-683156-121-198 retiens-ton-souffle-678036-121-198  ne-reveille-pas-le-passe-683075-121-198

phobos,-tome-2-651651-121-198positif-674729-121-198marion,-13-ans-pour-toujours-697100-121-198

Vous l’aurez compris, voici ma Wishlist ou liste de souhaits pour Novembre, sachant que je pense que ça ferait de très bons cadeaux de Noël aussi ! ^^ Plus sérieusement, j’ai hâte de lire Phobos 2, Lisa Unger, Lisa Jackson que j’adore, et Graham bien sûr, j’en ai plein d’elles mais vraiment je ne m’en lasse pas !

Et vous ? Quelles sont vos rentrées littéraires pour ce début d’automne ?

Publié dans Chroniques diverses | Pas de Commentaire »

« Une chance de trop » d’après Bouquinsprlefun

Posté par bouquinsprlefun le 30 octobre 2015

« Une chance de trop » d’après Bouquinsprlefun

Je vais vous parler aujourd’hui du roman d’Harlan Coben, un auteur que j’affectionne depuis au moins 10 ans, et bien sûr vous faire part de mes impressions quant à la série diffusée ces trois dernières semaines sur la plus grande chaîne d’Europe.

Le roman

Je l’ai lu il y a très, très longtemps mais je m’en souviens bien. J’ai hâte bien sûr de le relire. Pour moi, c’est l’un de ses meilleurs romans, il m’avait déjà marqué, autant que « Ne le dis à personne ». Harlan Coben est pour moi un incontournable, je trouve ses romans plutôt « légers » quant à la violence mais c’est surtout l’intrigue, le suspense, le dénouement des enquêtes qui me plaisent, ainsi que le personnage que l’on suit souvent, Myron Bolitar, ancien basketteur. Un ami basketteur me disait: « Pfff je déteste, à chaque anniversaire j’ai le droit à un de ses livres juste parce que je fais du basket ». Le pauvre ! Il n’a pas eu le choix, lui ! Mais quand on a le choix, on voit que Bolitar est attachant. Un cadre parfois très noir, boites de nuit, cours de tennis, château isolé, cabane dans les bois, l’auteur parvient toujours à nous emmener loin dans les enquêtes. J’ai hâte de finir « Dans les bois » et « Une seconde chance » que j’ai dans ma Pile à Lire. Le dernier livre que j’avais lu cet été « Six ans déjà » était formidable. Mais « Six ans déjà » se passe aussi… dans les bois.

41156665_9039156-183x300 dans HEBDO

Une chance de trop, c’est un roman assez fin et plutôt court qui est à la fois plein d’interrogations, de suspense, de descriptions, qui donne au lecteur une grande part de liberté quant à sa vision de l’enquête, des personnages, du passé d’Alice. Très différent de la série, je l’avais trouvé bon, mais sans plus ! Car ce qui m’avait marqué, c’était surtout le fait qu’on accusait tout de suite Alice et qu’elle allait mener sa propre enquête de son côté, laissant complètement de côté sa vie, ses beaux-parents et qu’elle faisait sa vie « seule ». Alors que la série est différente …

 

 

La série

Acteurs / Personnages

En moyenne 6 millions de téléspectateurs il me semble, une grande audience et je n’ai pas loupé une miette. Les acteurs : Alexandra Lamy, Pascal Elbé, Lorant Deutsch, … un bon casting.

UNECHANCEDETROP-(1)Alexandra Lamy : Très bon jeu d’actrice, on la connaît peu sous cet angle, elle a su donner au personnage beaucoup de nuances. Le regard, la gestuelle, la voix, j’ai vraiment trouvé qu’elle incarnait le rôle à la perfection, et c’est allé crescendo en crédibilité au fur et à mesure des épisodes.

Parce qu’au départ, bien sûr, on confond le personnage d’Alice avec… Alex dans Un gars Une fille, c’est clair. Mais elle a été très forte, et elle aussi a bien évolué depuis ses disputes avec Jean Dujardin. Elle incarne ici la femme indépendante, bien dans ses baskets, sûre de soi et sûre de sa vocation. Belle, très femme et très charismatique, je l’ai trouvée excellente.

On traverse avec elle l’aventure d’ »Une chance de trop » et on passe un excellent moment. Personnellement, j’ai trouvé les épisodes 5 et 6 vraiment prenants par rapport aux 4 premiers. Peut-être pas seulement à cause de son jeu à elle, mais elle a vraiment rendu le feuilleton vivant.

J’aurai vu peu d’actrices comme elle pour jouer le personnage : Mélanie Doutey, Audrey Tautou ou encore Marion Cotillard, de la même génération. Il fallait quand même la trentaine pour que le personnage fasse sérieux, crédible, réel.

UNE CHANCE DE TROP SAISON 1 / EPISODE 4 PASCAL ELBEPascal Elbé : J’avais vu quelques films avec lui mais qui m’avaient peu marqués. J’ai peu analysé son personnage, qui est secondaire quand même, mais son jeu d’acteur était vraiment de bonne qualité, notamment dans le dernier épisode. On passe un bon moment à le voir avec les stigmates de ses bagarres, à le voir en héros bien évidemment, mais franchement il a su s’adapter au jeu, il rend un peu le film « espionnage » et « thriller ». Toutefois j’aurai bien vu aussi Bruno Wolkowitch, ou Marc Lavoine, Vincent Cassel, Edouard Baer ou encore Clovis Cornillac. Car ils ont tous quelque chose d’un peu sombre, marqués par la vie, je ne sais pas pourquoi.

Laurent Deutsch : J’adore ce type même s’il est dingue. ^^ Je l’ai trouvé sérieux, j’ai adoré le redécouvrir dans cette série. Je le connaissais déjà lorsqu’il animait une émission sur France 3 avec Maureen D’or. Le rôle d’un méchant lui va très bien.

UNE CHANCE DE TROP SAISON 1 / EPISODE 4 LORANT DEUTSCH

Harlan CobenEt last but not least, l’apparition d’Harlan Coben dans un rôle sympa est une excellente idée. Je trouve le clin d’œil excellent, je me suis demandée « C’est lui ? Non, pas possible. Ah ben si, c’est lui! » ainsi que la dernière actrice qui apparaît avant la fin, je trouve que c’était excellent. Le dernier épisode vaut quand même de l’or.

 

Le récit / la prod

Le choix de six séries diffusées sur trois semaines laisse le téléspectateur sur sa fin tous les jeudis soirs (un autre soir peut-être en Belgique) et cela énerve la ménagère de moins de 50 ans ou le jeune qui ne trouve rien d’autre sauf Twillight pendant les pubs (vu et re-revu!). C’est une manière de fidéliser le téléspectateur, qui en a marre d’attendre également lorsque ses séries américaines préférées sont en vacances ! Je sais de quoi je parle ! Foutues vacances d’automne.

index dans Romans

Bref, je reste dans « Une chance de trop ». J’ai vraiment accroché dès le début, trouvant par exemple que la découverte des ravisseurs était la quête la plus importante, et bien sûr les fausses routes sont nombreuses jusqu’au dénouement et à l’explication du mobile. Le lecteur va s’attacher par exemple à la cavale, à la remise de la rançon au Trocadéro, lieu incontestable de notre patrimoine à la française, aux amis qui secondent Alice dans sa fuite, aux beaux-parents friqués avec qui c’est compliqué, ou encore aux souvenirs qui refont surface petit à petit. J’ai tout aimé, sauf peut-être la représentation des flics, que j’ai trouvé un peu minables et qu’on déteste dès le second épisode. Mais c’est mon avis perso. C’était peut-être le but recherché et je n’en sais rien. Alors que d’habitude je m’attache aux flics. (clin d’œil à Christophe Maé que j’adorais et que je commence à détester). Je sais, je fais du hors sujet, comme dans mes dissert’ de français au lycée.

une-chance-de-trop-11470189ebxwk_2084-300x168 dans Romans dont on a produit le film

La manière de filmer, de cadrer, la musique et les scènes sont vraiment solides, bien construites, rien à dire. Sauf peut-être un peu longues, par exemple quand elle se sauve de l’hôpital, tout ça, on n’en a rien à cirer ou presque, c’est un peu trop classique. Mais la scène chez la gynéco, ou encore ce qui se passe au domaine, les entretiens avec la police, les jeunes femmes etc… j’ai bien aimé. Le sujet principal, que je ne dévoilerai pas, est bien mis en valeur, car on n’en parle qu’au bout de 3, 4 épisodes minimum. On est hapé par la question de Tara, jusqu’au bout on a des surprises, ce qui fait que les six épisodes ne sont pas de trop pour moi. On n’aurait pas tant d’intensité à la fin s’il n’y en avait eu que quatre par exemple.

Ma préférence va à la série, qui met vraiment en valeur le caractère du livre, le suspense, cette espèce d’accélération, les doutes, les personnages, et le dénouement de l’enquête. J’ai beaucoup apprécié la manière de filmer, raconter, les dialogues, les cris, les péripéties et le personnage principal. Un vrai succès.

Pour conclure

Une série comme je les aime : moderne, surprenante, des personnages charismatiques, du suspense, des kidnappeurs qui n’en sont pas, des doutes, des trahisons, des bouées de sauvetage, … autant de facteurs qui permettent de faire passer le livre comme une lettre à la poste. Un dernier épisode et une fin dignes des plus grands films policiers. On en redemande. Moi, je veux une série comme ça l’année prochaine ! Mais sur quel bouquin ? Le choix est cornélien !

Publié dans Chroniques diverses, HEBDO, Romans, Romans dont on a produit le film, Romans policiers, Thriller | 4 Commentaires »

Cas Mille d’Huguette

Posté par bouquinsprlefun le 29 octobre 2015

Cas Mille d'Huguette  dans Chroniques diverses 51arunryltl._bo2204203200_pisitb-sticker-v3-bigtopright0-55_sx324_sy324_pikin4bottomright122_aa346_sh20_ou08_-300x300Pour finir ce mois d’octobre qui a été pour moi très riche en lectures, en quantité et en qualité, j’ai chois de vous parler d’une toute petite nouvelle gratuite que vous pouvez recevoir sur le site ….. zon en ebook. Il s’agit de Cas mille d’Huguette Conilh.

C’est par hasard que j’ai découvert Huguette Conilh et que j’ai eu envie d’acheter ses différents livres. Je les ai tous et il paraît qu’ils sont très différents les uns des autres.

Je n’ai pas du tout vu que Cas mille était une nouvelle de seulement 15 pages, j’ai donc commencé la lecture et été choquée lorsque je suis arrivée à la fin ! Mais c’est le but des nouvelles, bien sûr, me direz-vous ! Du coup je suis encore plus curieuse de lire Les Ignobles, c’est le roman qui correspond à la nouvelle ! Il est très différent selon l’auteure, et j’ai hâte de le découvrir !

Pour vous donner envie, voici un extrait du site :

« Présentation de l’éditeur

Camille s’apprête à tout quitter : maison, famille, amis et jusqu’à la région où il vit depuis vingt ans. Tandis que son petit frère, à qui il vient de faire ses adieux, s’est endormi dans ses larmes, le jeune homme se souvient de ce qui a motivé sa décision. En laissant son passé derrière lui, il emportera aussi son secret.

Une écriture incisive mais douce, une rage d’écrire sur certains sujets, une plume allant droit au but. Quelques qualificatifs qui caractérisent très bien l’auteure, Huguette Conilh.

En 2015, paraîtra son roman « Les Ignobles » ; en 2014 nous vous offrons sa nouvelle « Cas mille ». »

Depuis cette présentation, bien sûr, Les Ignobles est sorti, je vous en parle bientôt. Dès que j’ai fini d’arrêter de ne pas dormir pour lire d’autres bouquins. ^^ Il faut que je freine sinon je vais devenir un zombie. Ah mais non, j’en suis déjà un selon mon miroir !

Bon bref, Cas mille est, comme vous l’avez compris, une très courte nouvelle sur un garçon qui parle de ses difficultés à vivre, son mal-être dans la société, dans sa famille, son incapacité à être lui-même et à le dire au grand jour.

Efficace, très significatif (en très peu de mots, on avance très bien dans la nouvelle, l’auteure réussit à passer ses messages en étant très concise) et surtout, le thème est bien présenté. Un superbe roman s’annonce avec Les Ignobles. A bientôt pour la prochaine chronique.

Et, au fait, connaissez-vous les autres oeuvres de l’auteure ?

Publié dans Chroniques diverses, Nouvelles | Pas de Commentaire »

La PAL de Novembre de Bouquinsprlefun

Posté par bouquinsprlefun le 26 octobre 2015

Pal novembre

Vous l’avez deviné, j’ai envie de lire, lire, lire énormément cet automne. Je pioche sur mes heures de sommeil. Mes derniers achats d’occase et quelques neufs se trouvent dans cette Pile à Lire. J’ai hâte de finir « Dans les bois » d’Harlan Coben, « La maison en pain d’épices », ou encore « Mémoire Truquée ».

J’ai envie de lire plein de thrillers mais aussi d’autres choses plus légères, j’ai donc fait un mélange à ma façon. Que dites-vous de mes choix ?

Je précise bien sûr que j’ai trouvé la majeure partie de ma bibliothèque chez Stéphanie => Bouquinsoccaz.

http://bouquinsprlefun.unblog.fr/2015/04/18/mon-petit-paradis-des-livres-doccasion/

 

 

Publié dans Chroniques diverses | Pas de Commentaire »

Ma biographie et mes 2 romans publiés, c’est par ici !

Posté par bouquinsprlefun le 25 octobre 2015

Petit clin d’oeil à un blog très sympathique qui permet aux auteurs

de se faire connaître et de connaître d’autres auteurs !

https://gribouillebookblog.wordpress.com/2015/10/24/melanie-griesmar-auteure/

Merci beaucoup #gribouillebookblog pour la rapidité avec laquelle vous avez opéré, je suis ravie.

Ainsi vous pouvez cliquer sur les différents livres et voir un peu plus en amont ma biographie

et les résumés. J’espère qu’ils vous plairont. Pour toute commande, vous pouvez vous adresser

directement à moi aussi. Ou suivre les liens vers Edilivres bien sûr !

#bouquinsprlefun

http://www.edilivre.com/l-enquete-espagnole.html

http://www.edilivre.com/une-question-de-confiance.html#.Vi0ehSsXReJ

 

Publié dans Chroniques diverses, Qui suis-je ? | Pas de Commentaire »

Ma PAL numérique !

Posté par bouquinsprlefun le 24 octobre 2015

ma liseuseVoici ma Pile à Lire de novembre ! J’ai longtemps abandonné ma liseuse pour les romans papier, depuis cet été et les vacances. Je n’avais plus du tout envie de lire en numérique. Fatiguée, un peu rebutée par ce format. Et puis, en relisant de très bons romans, j’ai eu envie d’en commander d’autres. Généralement, je ne me plante pas sur les thrillers et policiers qui me plaisent. Je vous recommande donc ces titres ! Je n’ai lu que Torksen, Fidèle au Poste et Les bonnes nouvelles pour le moment (voir articles antérieurs !) Bonne lecture à vous. Et vous, qu’avez-vous dans votre PAL numérique ?

Publié dans Chroniques diverses | Pas de Commentaire »

Les petites annonces de Bouquinsprlefun : MA PAL

Posté par bouquinsprlefun le 24 octobre 2015

Les petites annonces de Bouquinsprlefun : MA PAL

Bonjour à tous !

Voici ma PAL, pile à lire des prochaines semaines !

-N’y descendez jamais Partie 1 Aby de Fabrice Liégeois

-Huguette Conilh : La liste de miss Zapping et Les Ignobles

-Le code Arcane de Zales et Zaires

-Dans les bois d’Harlan CobenN'y descendez jamais

-La maison de pain d’épices

-Mort par lune de miel

-Les secrets de Beartooth

-Arène 1 : La chasse aux esclaves

-L’allée des disparus d’Anna Katharine Green,

traduit par Guillemette Allard-Barès

-Thilliez …

-Chattam …

 

J’attends vos commentaires !!! ;) Bonne lecture à tous

Publié dans Chroniques diverses | Pas de Commentaire »

1...34567...14
 

Stephanie durieux |
La Ronde Des Mots |
Metaphysique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lasortie
| Famillerecompose
| Coincescheznous