• Bienvenue à tous les lecteurs !

    Bienvenue à tous les lecteurs !

  • Visites

  • Catégories

  • Agenda

    avril 2021
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Que vous soyez lecteur ou auteur, ce site est fait pour vous

    Vous trouverez des articles sur mes lectures, mais aussi de nombreuses chroniques, des hebdos, des photos de ma bibliothèque et mes piles à lire. Je cherche à promouvoir les jeunes écrivains en devenir mais aussi à débattre sur les best-sellers...
    J'ai écrit deux romans, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site Edilivres
    http://www.edilivre.com/une-question-de-confiance.html#.VYMjWka85Ec
    http://www.edilivre.com/l-enquete-espagnole.html#.VYMjeUa85Ec
    Je me ferai un plaisir de vous dédicacer ces petits livres!

  • Pages

  • Fils RSS

  • Instagram

    Suivez-nous

Découvrez MyLibrary-online.com

Posté par bouquinsprlefun le 29 décembre 2015

My library online           Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un tout nouveau

site dont le concept me semble vraiment sympathique.

Vous connaissez sans doute Booknode, Livraddict, Babelio, 

qui référencent un nombre assez considérable d’adhérents. 

Ce site-là me paraît très intéressant et différent.

En effet, de par sa simplicité d’utilisation, sa clarté, son

fonctionnement très accessible, et bien sûr sa nouveauté, ce

site de partage de lectures plaira à tout lecteur, à tout auteur

qui a envie de connaitre d’autres avis sur ses lectures ou sur sa « liste d’envie », sur les livres lus, les livres

dont « tout le monde » parle, les livres dont « personne » ne parle encore…

J’ai vite accroché et ce n’est pas sans compter sur Benoit, l’un des co-fondateurs qui m’a gentiment

présenté son but.

L’aspect humain et à plus petite échelle que les plus grands sites communautaires (en littérature), sont

pour moi très importants.

Voilà pourquoi j’ai bien envie de référencer mes lectures, suivre mes « libraires préférés » comme c’est le

cas ici, ou encore pour avoir plus d’infos sur des best-seller qui me font de l’oeil, des nouveautés

d’auteurs que j’apprécie ou que je suis de loin, etc etc !

Je n’abandonnerai pas mes abonnements à Booknode (ben en fait j’ai abandonné depuis longtemps !)

Rien n’est mis à jour, mais vous pourrez voir mes avis (PSEUDO BOUQUINSPRLEFUN),

et sur Livraddict n’en parlons pas, ça me déplait je ne suis pas satisfaite,

ni sur Babelio où j’ai du mal à accrocher aussi.

Du coup, la nouveauté a du bon, et je prévois une bonne réussite de ce site,

je vous le recommande vivement.

Retrouvez-moi sous le pseudo de BOUQUINSPRLEFUN évidemment !

http://www.mylibrary-online.com/

Publié dans Chroniques diverses, HEBDO | 2 Commentaires »

Ma nouvelle PAL de Noël

Posté par bouquinsprlefun le 28 décembre 2015

PAL de Noël

Coucou la blogosphère, j’espère que vous allez bien ! Voici ma magnifaïque

PAL de Noël !

J’ai été gâtée et surprise de recevoir tous ces trésors qui font partie de mes

favoris !

Je suis trop heureuse et je vais apprécier chaque page, chaque minute de

lecture, quitte à en perdre le sommeil (ah, non, ça c’est déjà fait!)

J’espère que vous aussi, auteurs, lecteurs, bloggueurs avez été gâtés !? A vos

commentaires !

En attendant je vous présente mes nouveaux précieux !

 

-Phobos 2 : ma star à moi !

Bon celui-là je me le suis commandé et j’ai hâte de le commencer. Je le mets de côté pour un week-end de

janvier.

J’avais tellement aimé le 1 que je ne pense pas être déçue par le 2. Il vient de sortir en plus. Je n’avais

qu’une hâte, l’avoir !

 

-Parce que c’était nous

-Juste avant le bonheur

-Une île

-L’Anglais pour les nuls

Ce sont des livres offerts par deux de mes amies d’enfance donc je suis super surprise et heureuse,

au top du top Juju et Emma MERCI !!! Ca change des thrillers ! Et quel humour ;) trop fortes

 

Les autres :

-Maxime Chattam « La patience du diable »

-Franck Thilliez « L’anneau de Moebius »

-Adler Olsen « Délivrance »

-Tove Alsterdal « Femmes sur la plage »

ce sont les cadeaux de mon Père Noël, choisis ensemble, au top du top je suis fan de tous les auteurs ici,

voire ultra-fan, notamment grâce et à cause du groupe « Mordus de Thrillers » auquel je participe de temps

en temps sur un réseau social. Groupe de fous bien entendu, fous qui s’entendent sur le plaisir de lire plein

d’horreurs avec plein d’inspecteurs malins, qui ont des défauts ou des tics adorables ^^

 

Et vous, qu’avez-vous reçu pour Noël (je parle des livres, hein ! )

A vos commentaires et remarques ;)

Publié dans Chroniques diverses, HEBDO | 4 Commentaires »

Mon top 15 de l’année 2015 !

Posté par bouquinsprlefun le 27 décembre 2015

L'âme du mal de Maxime ChattamMon top 15 de l'année 2015 !  dans Chroniques diverses water-for-elephantsla-sentinelle-de-l-ombreles-arcanes-du-chaos1vacs-2015-1050-225x300 dans DEFIS DE LECTURE

Into the wildblackwood_le_pensionnat_de_nulle_part-220x300 dans HEBDOL'instant magiquephobos-tome-1-les-phemeres-640387-250-400-188x300sam_6292-e1428326741634-225x300

ALE51i4Eh9wRoL._AA324_PIkin4,BottomRight,-60,22_AA346_SH20_OU08_zephyr-image-213x30051nn0vyezgl._aa324_pikin4bottomright-5722_aa346_sh20_ou08_-300x30051bsy4immrl._aa324_pikin4bottomright-5422_aa300_sh20_ou08_

 

 

Bonjour à tous ! Ainsi s’achève cette année 2015 et question bons livres,

j’ai vraiment été gâtée.

Très, très contente de mes lectures et ravie que mes chroniques vous plaisent.

J’ai été sincèrement très heureuse de recevoir des livres inédits dès leur

publication, d’échanger des livres et des conseils de lecture et d’écriture, de

publier une partie de mes soirées et d’expliquer pourquoi les livres me

plaisaient ou pas !

Alors un petit secret pour vous : j’écris un quatrième roman et je le diffuserai au

fur et à mesure sur mon nouveau site => direction Canalblog.

MAIS attention, je garde également ce blog-là.

Cliquez sur les couvertures qui vous intéressent pour relire mes chroniques

2015  ;)

J’ai choisi 10 livres lus cette année et qui m’ont marquée, ainsi que 5 livres que

j’ai totalement découvert grâce à des contacts sur le net, sur mes groupes de

lecture ou mes sites Booknode Facebook Instagram (Pseudo Bouquinsprlefun).

Je vous y attends ;)  

Publié dans Chroniques diverses, DEFIS DE LECTURE, HEBDO | 4 Commentaires »

Blackwood, le pensionnat de nulle part de Loïs Duncan

Posté par bouquinsprlefun le 14 décembre 2015

Blackwood, le pensionnat de nulle part de Loïs Duncan dans Chroniques diverses blackwood_le_pensionnat_de_nulle_part-220x300

Kit a 16 ans, elle est Américaine et adore Tracy, sa meilleure amie.

Malheureusement, elle se sépare d’elle pour longtemps.

Un manoir gothique abrite un pensionnat. Kit y est envoyée malgré

elle, seule, et pour une année. Ce n’est pas faute d’avoir averti sa

mère dès son arrivée. Elle a en effet eu un étrange pressentiment en

voyant l’immense bâtisse aux allures de château hanté. Mais elle a dû

se résigner et s’est installéearrow-10x10 dans Fantastique tout de même dans une chambre assez

bien décorée, dans un environnement très beau et pourtant très

lugubre aussi.

A son grand étonnement, la jeune fille va comprendre que les pensionnaires ne seront

que quatre en tout. Etrange, pour un si grand pensionnat. Le personnel plutôt effrayant

et hostile au départ, va pourtant s’avérer être plus sympathique. Notamment Julesarrow-10x10 dans Romans, fils

de la directrice et professeur de musique. Avec aussi peu d’élèves, Kit va recevoir des

coursarrow-10x10 dans Thriller particuliers.

Les semaines passent et les jeunes filles comprennent qu’il se trame quelque chose

d’étrange, de pas clair dans leur environnement. Elles évoluent parfois dans des pièces

très froides, avec l’impression de ne pas être seules.

Quelles explications rationnelles vont-elles trouver à ces étranges événements?

 

Je viens juste de finir ce roman incroyable. La description du manoir, des pièces, des

ambiances, donnent du cachet au roman. Le personnage de la directrice est très

singulier et on se le représente parfaitement. L’efficacité du roman, avec un début un

peu long puis le récit qui s’accélère, en fait un livre vraiment attrayant et facile à lire.

Un développement très atypique, un récit ponctué d’action et de questionnements,

d’étranges apparitions, d’étranges phénomènes, pour un ensemble réellement

intéressant et inédit.

 

* Entre horreur et frissons, vous pourrez passer un excellent moment de lecture… si

vous êtes rationnel et que vous contrôlez vos tremblements ! Non, d’accord, j’exagère

peut-être un peu. Il ne fait pas si peur que cela. Surtout quand vous le refermez.

A la fin, je veux dire.

Bonne lecture à tous, il est excellent ! 10 / 10. J’ajoute que je craque complètement

pour la couverture et la maison d’édition Black moon ! 

Publié dans Chroniques diverses, Fantastique, Romans, Thriller | Pas de Commentaire »

A la découverte de l’univers incroyable de Cédric Charles Antoine

Posté par bouquinsprlefun le 13 décembre 2015

Ce matin, j’avais envie de vous parler de la sortie du tout dernier thriller de Cédric Charles Antoine,

un écrivain de grand talent pour moi.

 

En ce 15 décembre 2015 vient de sortir  » Le messager du parc »,

disponible directement sur le site Amazon.fr

Le messager du parc

Evidemment je vais l’acheter et je vous dirai ce que j’en pense,

généralement je suis vraiment emballée par les histoires folles et

totalement innovantes de Cédric Charles Antoine.

 

Je sais, ce n’est pas le premier article que j’écris sur ses livres,

mais ils valent vraiment la peine qu’on s’y intéresse.

Non seulement parce que les livres sont courts et tellement

incroyables, explicites, vivants, étonnants, mais aussi et surtout

parce que l’auteur a créé sa propre édition,

que depuis le premier mars 2015, il a publié 5 livres (et un autre

est en cours de finalisation), et que c’est un auteur généreux et

proche de ses lecteurs. Il m’a offert le livre

que je préfère, « Le Paradis de Victoria ».
Ses livres sont des livres de science-fiction et des thrillers,

totalement inédits, exceptionnellement détonants. On ne termine

pas les livres de la même manière qu’on les a commencé, on ne peut

s’attendre à des histoires pareilles, il nous emporte dans un univers

inconnu, incongru, décalé, on tombe dans le piège à tous les coups,

on passe un excellent moment de lecture, on part nous aussi à l’aventure.

Une grande qualité d’écriture, un style très épuré et pourtant une efficacité

redoutable, on n’y croit pas, on y retourne avec grand plaisir ! 

 

Vous trouverez son site personnel mais aussi des articles plus anciens sur mon blog,

et sa page sur Amazon, qu’il faut absolument visiter si vous aimez les aventures incroyables

 

http://cedric-charles-antoine.com/ 

http://bouquinsprlefun.unblog.fr/2015/10/21/torksen-de-cedric-charles-antoine/

http://www.amazon.fr/C%C3%A9dric-Charles-ANTOINE/e/B00PLUFVDA

Publié dans Chroniques diverses, Fantastique, HEBDO, Romans, Science-Fiction, Thriller | Pas de Commentaire »

MA PAL Numérique (Pile à Lire) de ce mois de décembre !

Posté par bouquinsprlefun le 6 décembre 2015

Quelles sont vos préférences en termes de livres numériques ?

Voici ma petite pal (le début, une toute petite partie)

ce sont ceux que je désire lire depuis longtemps et

que je n’ai pas eu le temps du tout d’ouvrir.

J’ai hâte !!!! Qu’en pensez-vous ?

Quel est votre fournisseur préféré pour les e-books,

quel genre préféré ? auteur préféré ?

Pour ma part je peux vous dire que vous ne serez

pas déçu(e) en piochant sur Amazon, 

il y a toujours des e-books de qualité 

des auteurs très talentueux

notamment dans la catégorie policiers/ thrillers !!! 

ET VOUS ? Faites-nous partager vos plans !

Cliquez pour agrandir !!!

MA PAL Numérique (Pile à Lire) de ce mois de décembre !  dans Chroniques diverses sans-titre-300x169

Publié dans Chroniques diverses | Pas de Commentaire »

Et surtout ne te retourne pas de Lisa Unger

Posté par bouquinsprlefun le 3 décembre 2015

Et surtout ne te retourne pas

 

Izzie est romancière et vit une vie paisible, attendant son mari Marcus à la maison à son retour du travailEt surtout ne te retourne pas de Lisa Unger dans Chroniques diverses arrow-10x10.

Un jour, tout ne se passe pas comme prévu, Marcus ne revient pas. Izzie craint le pire. Marcus est parti « dîner » et n’est jamais revenuarrow-10x10 dans Chroniques diverses à son travail après comme c’était prévu. Son collègue de travail, qui couvre ses sorties assez fréquemment, est formel, d’habitude, il revient !

Marcus n’est pas revenu. Et Izzie a compris que c’était grave. Aidée par sa sœur, elle va mener sa petite enquête, et tenter de découvrir la vérité sur ce qui est arrivé à Marcus… elle découvrira avec surprise qu’en fait, son mari si parfait lui cachait peut-être tout une partie de sa vie… et pas des moindres.

 

Un début extrêmement accrocheur qui va avoir un effet très entraînant, en tout cas ce fut le cas pour moi, même en ayant fait une longue pause de lecture entre des chapitres. Un roman hyper intéressant, j’ai vraiment apprécié. J’ai mis un temps fou à le lire, décrochant souvent mais je ne pense pas que ça soit le contenu, juste la fatigue qui explique cela. L’enquête est sympa, et j’adore décidément l’auteure. J’ai plein d’autres livres d’elle à lire et j’ai hâte de les découvrir. Celui-ci est un must-have !

Les + : Le contexte, les personnages, la rencontrearrow-10x10 entre Izzie et Marcus, hyper romantique, passionnante, classique mais touchante, je ne vous en dis pas plus. On s’identifie d’office à Izzie même si on ne lui ressemble pas. C’est un personnage atypique tout de même. Je trouve qu’elle prend très vite du recul quant à sa situation, le lecteur en sera étonné. En effet, il lui arrive quand même des choses dramatiques, elle est agressée etc, et pourtant on ne ressent pas trop la peur, les angoisses, c’est assez léger, donc nous-mêmes on est assez détachés de l’histoire. Lisa Unger le dit elle-même dans le roman, Izzie se détache un peu comme une spectatrice qui vit les choses « d’en haut ». Peut-être pour se préserver, peut-être pas. Probablement à cause de son caractère. Par ailleurs,

Les – : ! Il ressemble un peu à un livre d’Harlan Coben « ne le dis à personne » ou de Patrick Bauwen « Seul à savoir » par exemple ! Attention je ne sais pas qui s’est inspiré de qui ! Mais après tout seul le plaisir de lire comptearrow-10x10, n’est-ce-pas ? Et si vous aimez les films, la rencontre entre elle et Marcus est très, très proche du film « Vous avez un message » ! (Moi, j’aime bien, mais bon la suite est légèrement différente !)

 

Publié dans Chroniques diverses | 2 Commentaires »

Un long chemin vers la liberté de Nelson Mandela

Posté par bouquinsprlefun le 26 novembre 2015

Un long chemin vers la liberté 

Nelson Mandela

 

Résumé : (Je vous épargne les longues phrases, et préfère ma prise de notes perso !)

Né le 18 juillet 1918 (même jour que moi). Maïs, sorgho, citrouilles et haricots constituaient la base de leur nourriture. Ils vivaient dans un petit village dont Nelson se souvient très bien. A côté, les pâturages, au centre, le village entouré d’une petite clôture pour abriter les animaux. Sol en terre, bouse de vache. Pas de routes autour de leurs fermes. Petites huttes destinées chacune à une utilité précise, une hutte = un pièce. Femmes seules car maris partis travailler loin, pour très longtemps. Lit = nattes sans oreillers. Dès 5 ans, il garde les moutons et les veaux dans le pré. Utilisation maximale de la nature, respect pour les animaux, ce que Dieu offre. Apprentissage du combat, comme de futurs vrais guerriers. Contes, légendes, récits de guerre autour du feu. Communion avec la nature. Rituels, tabous, cérémonies…à chaque moment de la vie. Blancs = dieux, (peur et respect). Chance d’aller à l’école à 7 ans. l’institutrice a donné à chacun un nom anglais. Disparition de la culture africaine en classe. supériorité des britanniques et des blancs, « civilisés ». Nouvelle identité à cause du prénom ?  Mort du père, long voyage, Nelson est placé sous la tutelle d’un chef de tribu très important, régent et bienfaiteur pour lui, car il se sentait redevable par rapport à son père. Elevé comme ses propresUn long chemin vers la liberté de Nelson Mandela dans Chroniques diverses arrow-10x10 enfants, nouveau monde, richesses. Bonheur malgré séparation d’avec sa mère. Collège et lycée, anecdotes, sport, camaraderie. Entrée à l’université : seulement 150 étudiants, grande fierté. Licence.  Obligé par son bienfaiteur de se marier, ne veut pas, décide de planifier une fuite. Arrive à Johannesburg…

Mon analyse perso

Qui a lu son livre ? Parce que là je suis un peu sonnée, assommée par tant d’infos. Très très long livre, qui commençait pourtant bien. J’ai eu trop, trop de mal avec ce livre, et pourtant je me faisais une joie de le lire. En effet,  quand on pense à cet homme, on pense à sa lutte acharnée pour la justice, la paix, tout ça. En fait je peux vous dire une chose, je n’ai pas été au bout. Déçue et surprise par ce récit des mille vies, certes intéressant, mais mille fois trop long en fait. J’avais envie d’en savoir plus sur « comment il en est arrivé là » ou alors sur les raisons qui l’ont poussé à devenir l’homme qu’il était. Je suis déçue car les réponses sont partielles ou alors pas assez approfondies, et on s’attache plus aux détails, au récit, aux personnages rencontrés qu’à tout cela. Très complexe à lire, je me suis ennuyée fortement, j’attendais plus de ce livre. Peut-être une note d’espoir dans ce contexte peu propice aux lectures de thrillers comme j’en ai l’habitude. Je me demande si ceux qui l’ont lu ont ressenti la même chose que moi : incompréhensible, trop  long voire presque inutile, décevant dans l’ensemble. Je comptais aussi glaner quelques infos pour en parler à mes élèves, notamment dans un chapitre sur les luttes raciales aux Etats-Unis … non, pas possible. Dommage.

 

Citations

J’allais à l’école, qui n’avait qu’une seule classe, à côté du palais, et j’apprenais l’anglais, le xhosa, l’histoire et la géographie. Nous faisions nos devoirs sur une ardoise. Nos instituteurs, Mr. Fadana, et, plus tard, Mr. Giqwa, me portaient un intérêt particulier. Je réussissais bien, moins par facilité que par obstination. La discipline que je m’imposais était renforcée par ma tante Phathiwe qui habitait à la Grande Demeure et qui, chaque soir, contrôlait mon travail.

 Ils m’appelaient du nom familier de Tatomkhulu, qui veut dire « grand-père », parce qu’ils disaient que quand j’étais sérieux je ressemblais à un vieil homme.

Je me suis toujours efforcé d’écouter ce que chacun avait à dire dans une discussion avant d’émettre ma propre opinion. Très souvent, ma propre opinion ne représentait qu’un consensus de ce que j’avais entendu dans la discussion.

Comme Clarkebury et Healdtown, Fort Hare était un établissement scolaire de mission. On nous exhortait à obéir à Dieu, à respecter les autorités politiques, et à nous montrer reconnaissants envers le gouvernement et l’Eglise qui nous donnaient la possibilité de nous instruire. On reprochait souvent à ces écoles d’avoir des attitudes et des pratiques colonialistes. Cependant, malgré cela, je pense que les bénéfices que nous en tirions l’emportaient sur les désavantages. Ces missionnaires construisaient et dirigeaient des écoles alors que le gouvernement en était incapable ou du moins peu disposé à le faire. L’environnement scolaire des établissements de mission, tout en étant rigide sur le plan moral, était souvent plus ouvert que les principes racistes sous-jacents des écoles gouvernementales.

Justice partagea une partie de son argent avec moi et me donna quelques livres en plus. Pendant ces premiers jours, ma nouvelle richesse sonnait dans mes poches, et j’avais l’impression d’être millionnaire. Je commençais à trouver que j’étais né coiffé, que la chance me souriait et que si je n’avais pas perdu un temps précieux à faire des études j’aurais déjà été riche. Une nouvelle fois, je ne voyais pas que le destin s’amusait à me tendre des pièges.

A cette époque, je croyais que seules les études assuraient une bonne connaissance de l’anglais et le succès en affaires et, pour moi, il allait de soi que Sisulu était diplômé de l’université. Après avoir quitté le bureau, j’ai eu la surprise d’apprendre par mon cousin que Walter Sisulu n’avait pas fait d’études. C’était encore une leçon de Fort Hare que je devais oublier à Johannesburg. On m’avait appris qu’avoir une licence signifiait qu’on était un responsable et que pour être un responsable il fallait une licence. Mais à Johannesburg, j’ai découvert que beaucoup des responsables de premier plan n’étaient jamais allés à l’université. J’avais suivi tous les cours nécessaires pour l’obtention d’une licence, mais je n’avais jamais aussi bien parlé que beaucoup d’hommes que je rencontrais à Johannesburg et qui n’avaient même pas un certificat d’études.

La reine m’avait remarqué et, à un moment, elle s’est adressée à moi, mais elle parlait sesotho, une langue dont je ne connaissais que quelques mots. Le sesotho est la langue des Sothos ainsi que des Tswanas, dont un grand nombre vit au Transvaal et dans l’Etat libre d’Orange. Elle m’a regardé d’un air incrédule puis elle a dit en anglais : « Quel genre d’avocat et de chef espères-tu être si tu ne connais pas la langue de ton propre peuple ? » Je n’ai rien trouvé à répondre. La question m’embarrassait et me ramenait sur terre ; elle me faisait prendre conscience de mon provincialisme et de mon manque de préparation pour me mettre au service de mon peuple. Sans m’en rendre compte je m’étais laissé prendre dans les divisions ethniques entretenues par le gouvernement blanc et je ne savais même pas parler à mes parents et à mes amis. Sans langue commune, on ne peut parler à un peuple ou le comprendre ; on ne peut partager ses espoirs et ses aspirations, saisir son histoire, apprécier sa poésie et ses chansons. Je me suis à nouveau aperçu que nous n’étions pas des peuples différents avec des langues différentes ; nous ne formions qu’un peuple avec des langues diffé« L’éducation, c’est parfait, disait Gaur, mais si nous devons compter dessus, nous devrons attendre mille ans pour obtenir notre liberté. Nous sommes pauvres, nous avons peu d’instituteurs et encore moins d’écoles. Nous n’avons même pas le pouvoir de nous éduquer nous-mêmes. 

Wits m’a ouvert un nouveau monde, un monde d’idées, de convictions politiques et de débats, un monde où les gens se passionnaient pour la politique. J’étais parmi des intellectuels blancs et indiens de ma génération, de jeunes hommes qui formeraient l’avant-garde des mouvements politiques les plus importants des prochaines années. Je découvrais pour la première fois des gens de mon âge engagés fermement dans la lutte de libération, disposés, malgré leur situation relativement privilégiée, à se sacrifier pour la cause des opprimés.

 

Publié dans Chroniques diverses, HEBDO | Pas de Commentaire »

Découvrez Mélanie Griesmar et ses deux romans… cadeau idéal pour les fêtes !

Posté par bouquinsprlefun le 25 novembre 2015

Besoin d’une idée cadeau ? Envie de découvrir une auteure et bloggueuse ? Voici un petit débrief

gentiment proposé par Gribouillebookblog et qui présente un peu mieux que moi mes romans et

mimage_19427on parcours.

Bac ES, puis fac de Langues Etrangères Appliquées à la fac de Strasbourg,

Sciences de l’Education, 

Master Enseignement, Master Adaptation à la diversité des Elèves,

enseignante Découvrez Mélanie Griesmar et ses deux romans... cadeau idéal pour les fêtes !  dans Chroniques diverses image_19314-197x300dans le second degré depuis quelques années.

Bloggueuse littéraire (12 000 vues en 11 mois depuis le 5 janvier

2015) je lis surtout des policiers, thrillers depuis mon adolescence.

J’ai commencé avec Mary higgins Clark, Agatha Christie et Stephen

King. En ce moment j’adore Chattam, Adler Olsen, Jo Nesbo,

Grisham, Coben, Thilliez, Minier, Loevenbruck etc.

J’écris depuis toujours avec plaisir : rédactions, dissertations, lettres,
journaux intimes, chroniques, mais aussi et surtout des romans. Les
deux publiés chez Edilivres ont été écrits à l’âge de 16 et 18 ans, j’étais
lycéenne et rêveuse. Je rédige actuellement un troisième roman. J’aime faire partager ma passion à mes
élèves de tous âges, même les plus petits, à travers des jeux, des façons innovantes d’enseigner et de parler
des livres.

=>>>>>> Troisième roman en progression !

 

Publié dans Chroniques diverses, Qui suis-je ? | Pas de Commentaire »

Tentez de gagner de jolis livres avant les fêtes !!!

Posté par bouquinsprlefun le 25 novembre 2015

http://elo-dit.over-blog.fr/2015/11/concours-mxm-bookmark.html

 

Bonjour à tous, je ne fais que partager mais je peux vous dire que sur le blog d’Elo-dit, vous trouverez vraiment un concours qui vous plait !!! Celui-ci concerne deux ebooks mais on trouve également de magnifiques lots en partenariat avec des Editions très réputées. Des couvertures envoûtantes, des résumés attractifs, à vous de découvrir un peu les cadeaux proposés ! Moi, je tente !

Très régulièrement, vous pouvez participer à ses concours tous plus sympathiques les uns que les autres.

Et n’oubliez pas de lire ses chroniques !

Elles sont superbes et vous donneront envie de lire les livres de son choix !!!

Publié dans Chroniques diverses | Pas de Commentaire »

La vie baroque de Martin Brem

Posté par bouquinsprlefun le 20 novembre 2015

Martin Brem La vie Baroque

 

La vie baroque de Martin Brem  dans Chroniques diverses brem_vie_baroque_11_m

Depuis longtemps, j’avais envie de vous parler de Martin Brem, un personnage

charismatique comme on en rencontrearrow-10x10 dans Romances peu dans sa vie, comme il en existe peu

dans la « vraie vie ». Je veux dire, hors des soirées parisiennes faisant se

rencontrerarrow-10x10 dans Romans des écrivains, des vrais, des talentueux, des connaisseurs de notre

culture. Parce qu’il s’agit en fait d’un exemple de richesses culturelles et

littéraires. Et cela, je l’avais rapidement compris en faisant sa rencontrearrow-10x10.

C’est totalement par hasard que j’ai rencontré cet écrivain, musicien, amateur

de lettres et de notes, de philosophie, de classiques, de toutes ces choses qu’on

ne nous apprend pas en temps normal au lycée. Parce qu’il y a un programmearrow-10x10 à

suivre. Et oui, vous l’avez compris, en fait, M. Brem était mon prof lors de mon

passage au lycée.

Retour vers le futur, j’ai eu envie de relire son œuvre 11 ans plus tard. Je lui

avais demandé une dédicace, et je n’ai pas osé lui dire ce que j’en avais pensé.

A vrai dire, en rouvrant le livre, je ne savais plus du tout de quoi il parlait… et

pourtant je me souviens comme si c’était hier des coursarrow-10x10 de ce prof si atypique et

si marquant. Un de ces profs dont on se souvient à l’heure de notre mort !

A la manière d’un personnage de film qui ouvre une porte, comme un

comédien au théâtre ou un avocat qui commence son plaidoyer, M. Brem est un

personnage et sa rencontre a été mémorable. Vivant, vrai, sincère, attachant. Au

début, son entrée vous glace le sang. Vous vous demandez à quelle sauce vous

allez être mangés, vous lycéens sans aucune culture littéraire autre que le

magasinearrow-10x10 télé ou les adaptations au cinéma de films avec Léonardo ou avec un

Taxi dedans. Donc, imaginez-le faire son entrée. Vous êtes en classe depuis

quelques heures, et ça y est, c’est le premier contact avec votrearrow-10x10 prof de français

pour l’année. Tout se joue ici. Et l’affect est très présent. Si vous aimez le prof,

vous aimerez la matière, … pas vrai ?

Bon alors qu’on imagine bienarrow-10x10 le truc. Costume avec cravate, chaussures

assorties. Petite mallette de prof classe et qui semble légère comme une plume

(je me demande comment il faisait, je me trimballe aujourd’hui avec 1 sac à

main, 1 sac fantaisie avec mes copies, marqueurs pour tableau, stylos

prémachés oubliés sur mon bureau par mes élèves, et un sac « prof » avec

manuels, dictionnaire de poche, cahier de texte, carnet de notes et livre pour les

micro-récrés de 3 minutes). Peut-être qu’il était un ange. Comme Joséphine.

Et qu’il claquait des doigts le soir pour rentrer chez lui. Mais non, impossible.

Quand l’auto-école me cherchait après les cours, je voyais cet homme-ange

partir dans sa voiture de luxe (assortie au costume).

L’homme a un charisme qui s’étend comme dans « Under the Dome », qui

rayonne, comme une aura bienveillante avec une envie de partager sa passion

avec vous.

Pédagogie : comme personne.

Programmesarrow-10x10: appliqués avec une certaine prise de liberté, une prise de risques,

une originalité folle.

Passion, connaissances, culture, opinion perso : à 1000%.

Souvenirs de ce prof : presque intacts, à 11 ans d’écart. Un prof qui vous donne

de l’espoir, à l’heure où vous ne savez pas quoi faire de votrearrow-10x10 vie, vers quelle fac

vous orienter, ou encore comment traiter l’horrible épreuve du commentaire de

textes.

Heures passées à apprendre les dates et titres des œuvres de la Pléïade et autres

Maupassant ou je ne sais plus qui : des dizaines.

Heures passées à réfléchir à cette citation si chère à notre prof si cher à nos

cœurs :  » Je me presse de rire de tout de peur d’être obligé d’en pleurer. » : de

très, très longues heures.  J’avais adoré cette dissert, je l’avais gardée des années

en souvenir.

Temps passé à stresser en révisant tous les textes pour l’oral du bac : infini.

Mais avec ce prof c’était bien plus enrichissant et intéressant qu’avec n’importe

quel autre prof. A côté, le plus incroyable des profs est un nul. Le contenu le

plus barbant peut vous apparaître comme tout léger, ça passe. Il vous parle des

pires hommes comme étant des génies. Par exemple, Céline, dans Voyagearrow-10x10 au

bout de la nuit ». Il vous parle avec ferveur de certains auteurs qui jusque-là

étaient plus des noms d’immeubles de la grande cité d’Hautepierre que

d’auteurs fantastiques. Il vous explique à quel point la littérature est importante

et qu’il faut vous forger toujours votre propre opinion, écouter votre propre

musique, sans accorder toujours vos violons. Il vous pousse plus loin, sec mais

juste. Il déteste les retards. Tiens, moi aussi, aujourd’hui, je déteste les élèves en

retard. Je me souviens comme il était en rage. Il refermait la porte derrière les

retardataires, le regard noir, figé, la haine d’avoir dû interrompre le début de

son coursarrow-10x10. Mais surtout, sa sincérité et sa capacité à transmettre ont été un

moteur pour moi tout l’année. Une finesse, un discours posé, très travaillé, un

langage immensément riche et des citations illimitées de ses auteurs préférés,

un répertoire qui paraissait inné parmi toutes ses qualités. Révélateur d’un

travail , d’un mode de vie intellectuel et artiste, d’une différence nette par

rapport à d’autres profs, (le commun des mortels), ce passionné des mots aurait

pu éclairer n’importe quel élève décrocheur et l’emmener avec lui dans un

extrait d’Antigone, un petit poème de Lamartine ou encore une lecture suivie

de n’importe quelle oeuvre classique ou romantique.

Qu’en est-il de son roman « La vie Baroque »?

Publié à petite échelle mais publié quand même, vous le trouvez encore sur le

site des éditions La Nuée Bleue, la F..c ou en occasion sur A……..n.

Je l’avais donc fait dédicacer, et j’ai dû le recommander pour le relire,

introuvable… dommage. Je me demande s’il enseigne encore dans notre ancien

bahut. Bref.

Résumé : « Mérédith et Samson forment un couple délicieusement baroque. Elle dispose

d’une belle voix soprano, mais surtout d’une professeur de chant ambitieuse pour deux

qui la transforme en chanteuse professionnelle; lui s’y met par contagion amoureuse et

le voilà contre-ténor. Monteverdi, Glück, Purcell deviennent leur pain quotidien. Mais,

justement, question pain, c’est un peu juste: les salles sont vides, les caisses aussi et il

faut passer par les petits boulots, chef de rayon robes de mariage chez Tatit et agent de

sécurité dans les concerts des banlieues chaudes. Leur amour funambulique en pâtit et

Orphée perd son Eurydice. Rires et larmes, illusions et masques, passion et mort : la vie

baroque est une fête, tendue à l’extrême, qui refuse les compromis avec le réel, au risque

de se perdre. Tout à la fois mélancolique et drôle, ce roman étincelant chante la cruelle

beauté de la vie. »

C’est une romance assez légère et à la fois noire, je ne sais pas trop comment

décrire cela. Il y a une certaine mélancolie dedans, par contre on s’attache très

vite aux personnages principaux. Assez court finalement, le roman se fige un

peu, comme dans une poésie, il y a une vraie sensibilité artistique, et ceci,

même pour quelqu’un qui ne connaît pas l’auteur (j’ai testé avec une

connaissance qui est d’accord avec ce point). Ce n’est pas une volonté je pense

d’étaler ses compétences linguistiques ni quoi que ce soit, juste raconter. L’effet

est réussi, on est « entre parenthèses » ou alors « sur un nuage » pendant ce laps de

temps où on tourne les pages. Dans le récit, on est totalement pris par le milieu

de la musique classique et du chant, qu’on soit sensible à ce monde-là ou pas,

cela passe « comme une lettre à la poste ». Enfin, c’est un livre qui vous ravira si

vous voulez vous changer les idées. Il a une grande valeur pour moi et je vous

le prête sans souci les amis ;)

 

Publié dans Chroniques diverses, Romances, Romans | 4 Commentaires »

« L’allée des Disparus » traduit et adapté par Guillemette Allard-Barès

Posté par bouquinsprlefun le 17 novembre 2015

L’allée des disparus

L'allée des disparus

En 5 ans, quatre hommes avaient mystérieusement disparu d’un village calme de montagne.  En plein jour, et toujours au milieu d’une allée du village précisément.

C’est l’histoire racontée par un homme à cette femme narratrice, une septuagénaire nommée Amélie, apparemment habituée à mener des enquêtes .

Chargée par ce vieux policier de mener l’enquête sans éveiller les soupçons (sans qu’on sache qu’elle travaille en collaboration avec la police), notre héroïne d’un certain âge va tenter de gagnerarrow-10x10 dans Fantastique la confiance des habitants afin d’obtenir ses informations. Dotée naturellement de talent pour opérer discrètement, amie avec certains habitants et en plus très professionnelle, Amélie va se lancer dans les investigations… C’est ainsi que la vieille dame remplace un jeune inspecteur de New York in-co-gni-to.

S’imposant légèrement auprès de ses hôtes, qui ne sont autres que la famille de sa meilleure amie d’enfance au pensionnat, mystérieusement décédée lors d’un voyagearrow-10x10 dans Romans à l’étranger, la narratrice ne sera pas déçue du voyage à « X », nom donné par l’auteur au village de l’Allée des Disparus.

L’accueil qui est fait à cette visiteuse impromptue est plutôt mitigé : entre une maison qui avait dû être autrefois plutôt clinquante et prestigieuse mais qui tombait en ruine à cette époque, et des hôtes tout aussi froids et qui semblent cacher un lourd secret, la vieille dame aura du pain sur la planche.

Dès l’heure du coucher, l’une de ses hôtes, qui parait vraiment effrayée, la met en garde à sa manière: il n’y a pas de quoi avoir peur, tout est normal, même si elle entend des bruits étranges durant la nuit. De quoi rassurer n’importe qui, évidemment ! Mais notre Amélie de compétition, elle n’est pas n’importe qui ! Elle n’a pas peur de rien, comme dirait l’autre.

 

Au départ, le récit parait un peu complexe, « du chinois », des phrases très longues qui tournent autour du pot : en un paragraphe, il vous faudra résumer dans votrearrow-10x10 dans Romans policiers tête ce qui est dit tout aussi efficacement en une phrase. Tel est le style de l’auteur. Mais lorsqu’on creuse un tout petit peu, on entre dans la tête de la narratrice, Amélie, et c’est elle qui fait tout le boulot. Plus besoin de réfléchir pour comprendre, là, on adore. Car elle nous explique par exemple ses petits défauts, on lit dans ses pensées, on apprend qu’elle a peur de ci ou de ça mais que par ailleurs elle a une certaine manière de sonder les gens dès la première rencontrearrow-10x10. Une femme atypique ! (clin d’œil à mes amis qui se reconnaîtront).

A 18% de lecture (je rappelle que je l’ai lu en ebook) j’ai compris quelques trucs supplémentaires et je me pose la question suivante : est-ce que la famille est une famille de vampires ? teint blafard, excuses pour se relayer entre sœurs (Loreen et Lucetta) auprès de quelqu’un ou quelque chose, grande peur de la part des deux sœurs, personnage du grand frère très fort et qui m’a donné la chair de poule… Mes hypothèses sont-elles les bonnes ? J’en oublierai presque l’enquête de l’Allée des Disparus. Ah, au fait, cette maison est au bout de l’Allée des Disparus… la famille est donc suspecte…

A 60% de lecture j’ai compris beaucoup de choses progressivement mais le mystère reste tout de même entier ! C’est une sensation étrange ! Tout le monde paraît suspect à ce stade.

 

Le personnage d’Amélie

on l’aime et on la déteste à la fois !

J’aime particulièrement quand on entrevoit ses doutes, sa façon de « paraître » devantarrow-10x10 les gens étant plutôt différente de ce qu’elle pense, ce qu’elle est réellement. Pas seulement pour passer incognito dans le village, mais aussi et surtout car elle a un fort caractère et qu’elle essaie de ne pas le montrer. Elle essaie de se maîtriser, être nuancée, une femme indépendante mais plutôt « gentille » voire un peu « naïve », et si elle déteste quelqu’un, elle le déteste, un point c’est tout. Courageuse, Amélie ne comptearrow-10x10 que sur elle-même. Pleine de bon sens, d’ingéniosité à la Mac Giver, elle est une très bonne enquêtrice.

Je déteste le fait qu’elle s’impose, qu’elle ose, qu’elle soit si franche d’autre part ! C’est très complexe à expliquer. Son caractère est contradictoire. Butée, elle montre qu’elle est sûre d’elle, elle s’invite chez des inconnus sans aucun problème, elle fouine un peu partout sans éprouver quoi que ce soit de mal. Elle défie toutes les règles, toutes les lois, a des méthodes bienarrow-10x10 spécifiques, et aussi, elle ne croit pas aux fantômes. Une candidate idéale dans la résolution de cette énigme, donc.

Les + : quand Amélie s’adresse au lecteur, j’adore. Elle me fait penser à Jessica Fletcher dans Arabesque. Petits clins d’œil de temps en temps, comme une pause cérébrale, ça fait un bien fou. On en redemande. Le facteur « lutte des classes » qui vient s’insérer dans le roman : Amélie qui a un niveau de vie plutôt aisé, confortable, par rapport à ses hôtes, qui sont très gênés de l’accueillir dans leur maison non entretenue. La gêne réciproque montrée dans ce livre est très finement développée. On retrouve le clivage dans leur langage, la retenue d’Amélie par rapport à la franchise du chef de famille aussi. J’ai apprécié ces « chocs des cultures ».

Les – : …. bonne question… : le langage d’époque et un peu trop soutenu à mon goût mais on comprend le sens évidemment. Au risque de me répéter. C’est tout. La fin peut-être un peu trop prévisible, ou alors qui intervient un peu trop tôt dans le livre, par exemple, j’ai eu des soupçons largement au bout de la moitié du livre… Vous verrez… 

Voilà, c’est tout pour le moment, bravo Guillemette, j’ai hâte de lire l’autre livre qui est sur ma kindle. A bientôt pour une prochaine chronique !

Ecrit par Anna Katharine Green en VO, disponible en VF sur Amazon.

Retrouvez le tout nouveau livre de Guillemette Allard-Bares ici, c’est sorti… le 17 Novembre 2015 !! Félicitations à elle !

Et bien sûr je vous recommande La Houleuse, j’avais fait un article il y a peu de temps ! dispo en version ebook ou broché !voir archives.

Publié dans Chroniques diverses, Fantastique, Romans, Romans policiers | Pas de Commentaire »

123456...14
 

Stephanie durieux |
La Ronde Des Mots |
Metaphysique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lasortie
| Famillerecompose
| Coincescheznous