• Bienvenue à tous les lecteurs !

    Bienvenue à tous les lecteurs !

  • Visites

  • Catégories

  • Agenda

    août 2017
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Que vous soyez lecteur ou auteur, ce site est fait pour vous

    Vous trouverez des articles sur mes lectures, mais aussi de nombreuses chroniques, des hebdos, des photos de ma bibliothèque et mes piles à lire. Je cherche à promouvoir les jeunes écrivains en devenir mais aussi à débattre sur les best-sellers...
    J'ai écrit deux romans, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site Edilivres
    http://www.edilivre.com/une-question-de-confiance.html#.VYMjWka85Ec
    http://www.edilivre.com/l-enquete-espagnole.html#.VYMjeUa85Ec
    Je me ferai un plaisir de vous dédicacer ces petits livres!

  • Pages

  • Fils RSS

  • Instagram

    Suivez-nous

La fille au tatouage de Kristina Ohlsson : chronique par BPLF

Posté par bouquinsprlefun le 26 août 2017

Kristina Ohlsson

La fille au tatouage

la-fille-au-tatouage 

Une jeune fille agressée dans la prairie à quelques mètres de chez elle.

Un homme dans un avion vers une destination totalement étrangère, agité, avec une mission et une seule.

Un conférencier qui a de l’expérience et qui ose tenir des propos très libres au sujet de réfugiés.

Peder et Joar, deux flics sous la direction du commissaire Recht.

Peder : bon flic mais mauvais mari, deux enfants d’un an, une femme trompée et déprimée.

Cherche maladroitement à se faire apprécier des femmes.

Joar : jeune recrue de 25 ans, allure de mannequin. Mystérieux.

Fredrika : autre flic dans la même équipe, femme enceinte, indépendante et flic très angoissée dès que la nuit tombe… a eu un accident de la route qui l’a empêchée de devenir violoniste, son rêve… Elle enquête en parallèle sur une nouvelle enquête : un accident de voiture mortel.

Alex Recht : commissaire qui aime le terrain. A une femme qui joue un double jeu.

Joar : intrus ? corbeau ? trop parfait ? ennemi de Peder…

Une jeune fille partie en mission pour raisons personnelles, actuellement à Bangkok, mais sur le retour vers la Suède.

Ses parents assassinés ? Son père assassin de sa mère et suicidaire ?

Appartement : pas ou peu de traces de lutte, mais aussi un appartement sans âme, sans vie.

Un homme inconnu écrasé sur une route près de l’université. Dans ses affaires, de mystérieux papiers en Arabe.

Le père Jakob, prêtre, dépressif, se faisait faire des électrochocs. Il venait d’apprendre la mort par overdose d’une de leurs deux filles, 3 jours avant les faits.

Sa femme était-elle au courant ?

Est-ce vraiment un suicide ou un double meurtre ?

Quels étaient les ennemis de ce Jakob ?

Selon des témoins, le vieux couple était normal, banal, rien ne présageait un tel malheur…

La thèse de l’overdose de leur fille semble plausible…

 

“Hope for the best

Prepare for the worst”.

auteur de polars suédois

 

Les policiers suédois interrogent les relations personnelles et professionnelles des époux décédés.

Jakob défendait quand même avec ferveur les réfugiés… Qui lui en aurait voulu au point de le tuer ?

D’un autre côté, un complot étrange se prépare en secret : un homme (Ali?) serait enfermé dans un appartement avant d’accomplir une mystérieuse mission…

 

La Suède, terre d’asile ?

 

Il semblerait que le but d’Ali soit de trouver refuge en Suède puis de s’y installer avec sa famille.

 

Pourquoi la Suède ? Qui sont ses geoliers, un homme et une femme qui viennent très rarement dans sa prison… ? Qu’attendent-ils de lui en échange de faux papiers ?

 

Que se passe-t-il pour la suédoise à Bankgok ? Tous liens avec sa famille effacés, billet d’avion, chambre d’hôtel, clé usb, sac à main, ordinateur : volatilisés ? Subtilisés ?

 

 

Les +++

Le suspense démarre dès la présentation des personnages et de leurs points de vue. C’est à la fois troublant et cela éveille la curiosité, il y a une dimension supplémentaire. Le lecteur enquête sur les enquêteurs ! Il fait des suppositions, des liens qui ne sont pas vérifiés, il adore quand les personnages se disputent et cherche les raisons sous-jacentes, bref cela donne du relief, de la personnalité à ce livre ! C’est efficace, très très bien fait.

Une lecture très fluide, agréable récit très bien orchestré, tout en finesse comme une partition de musique classique. C’est très bien, aucune coquille, les noms ne sont pas trop difficiles à retenir comme on le crait parfois. On s’habitue vite, on retrouve qui est qui car on se représente bien chacun des personnages. Pourtant, c’est plus leur caractère qui est décrit que leur physique. J’adore la manière de les présenter, très progressive.

J’imagine parfaitement un bon film, un peu comme les Enquêtes du Département V ou Millenium…

Cela me rappelle un peu le feuilleton “PJ” que j’adorais regarder au milieu des années 2000 sur France 2, vous voyez lequel ? C’est le côté polar, équipe d’enquêteurs qui m’y font penser.

 

Les —

Trop court !

J’aurais adoré une suite, un second tome. Mais je me console en me disant que j’en ai un autre dans ma PAL, et que je n’ai pas encore lu le tout premier de cet auteur : Les enfants des cendres. Il a très bonne réputation, alors pourquoi pas…

Publié dans Chroniques diverses | Pas de Commentaire »

Kristina Ohlsson Les anges gardiens : Chronique par BPLF

Posté par bouquinsprlefun le 26 août 2017

 Kristina Ohlsson Les anges gardiens

couv26845246

 

En Suède, un corps démembré, avec des parties manquantes, a été trouvé dans une forêt. Un autre corps mutilé est retrouvé peu après, mais la date du crime est très différente. Trente ans d’écart.

Les enquêteurs interrgent des témoins parfois peu loquaces ou tout si:plement peu touchés par les histoires des défunts. La violence des faits, la date approximative et le mode opératoire sont à l’origine de plusieurs pistes.

 

Rebecca était une jeune femme très appréciée, étudiante, prof de baby gym, chanteuse dans une chorale, elle faisait une thèse et était très sérieuse, semblait-il. Que lui est-il arrivé ce soir où elle avait rendez-vous à une soirée universitaire ? Pourquoi a-t-elle été vue dans un bus partant dans la direction opposée à l’université, près de la maison de la radio de Stockholm ?

 

Alex et Fredrika savent que l’enquête va être difficile.

 

Théa est une vieille dame qui ne parle plus à personne depuis des décennies. La disparition de son fils est sans doute à l’origine de son mutisme… Les enquêteurs apprennent que cette dame était autrefois à l’origine de controverses. Serait-elle la clé d’une des affaires en cours ?

 

=> Un réel intérêt pour ce thriller très intéressant, j’ai vraiment été hapée par l’enquête, les accélérations, les interrogatoires, les personnages…

Les derniers chapitres sont très bien rédigés, très animés; denses, concrets, il y a de l’action.

Mes camarades mordus de lecture apprécieront car l’enquête surprend, elle est assez simple quand même et le côté thriller est plutôt léger. Les copains mordus de thrillers aussi apprécieront mais il est assez “soft”. Pour un livre suédois, enfin, il est facile à comprendre et on apprend vite à connaître les personnages, cela rend la lecture fluide et sans prise de tête.

Pour conclure j’ai trouvé l’intrigue particulièrement bien construite, intelligente et divertissante.

Publié dans Chroniques diverses, Romans, Romans policiers, Thriller | Pas de Commentaire »

Les Nymphéas Noirs de Michel Bussi : mon avis très positif

Posté par bouquinsprlefun le 24 août 2017

Les Nymphéas Noirs de Michel Bussi

 

Un homme est découvert dans un petit cours d’eau, la tête dans l’eau, un matin très tôt. C’était un ophtalmo de Paris. Il a été tué trois fois, d’après le mode opératoire “apparent”. De trois manières différentes. Et laissé là à la vue de tous, un lieu de passage très fréquenté l’été : le lieu de Giverny où Monet, ce peintre impressionniste si réputé, venait jadis peindre ses toiles.

Le lieu de cette macabre découverte est donc un cadre hors normes, du point de vue géographique, historique et artistique.

 

A mon avis …

Chaque lecteur sera amené à faire un voyage. Un voyage dans toutes ses dimensions. Un peu comme un pèlerinage, comme dans une série télé, “Plus belle la vie” ^^ dans laquelle les voisins se méfient les uns des autres, la tension est palpable, le mystère, la menace d’un corbeau arrive, tout ça tout ça.

Aller à Giverny, apparemment, c’est un peu comme voir le Mont Saint Michel, les gorges du Verdon, les grottes de Lascault, les catacombes…. C’est réconcilier les gens qui détestent la peintures ou les enfants totalement réfractaires, désintéressés par l’histoire et les monuments que l’on visite les dimanches matins pluvieux. Il y a un peu une ambiance d’antan, avec les paysages, les personnages qui semblent sortis d’un Marcel Pagnol, par exemple. Cela fait “ambiance petit village”, mais village très fréquenté, très touristique, donc les pistes pour les enquêteurs affectés à ce crime sont vraiment variées. La pelote de laine est difficile à dénouer, et franchement, le jeu en vaut la chandelle.

 

Honnêtement, Giverny ne me disait rien, je déteste la peinture, ou plutôt, je n’y connais rien. Hormis les quelques musées que je connais, je ne m’intéresse absolument pas à Monet. Monet, je lui connaissais un ou deux tableaux, et encore. Cité par Kate Winslet dans Titanic avant la scène si sulfureuse où elle se déshabille. Et Giverny, franchement, ce ne serait pas mon lieu de villégiature si j’avais le temps d’y faire une halte l’année prochaine.

Mais j’ai vraiment apprécié cette histoire.

 

Au départ, j’avais acheté ce livre dans une gare, comme je le fais souvent en rentrant, je craque. J’avais commencé à lire dans le train, puis je me suis totalement désintéressée de ce livre. Certains sur le net détestent, d’autres adorent, j’ai vraiment abandonné. Je pense que mon livre était en sommeil depuis au moins un an et demi. Et puis je l’ai réouvert, et je suis très contente.

On passe du point de vue d’enfants de 10 ans à un point de vue de témoins trentenaires, et à une vieille dame, celle qui espionne un peu tout le monde de sa fenêtre. Et bien sûr il y a les flics. J’ai tellement aimé ce mélange. J’ai tellement aimé les faiblesses des deux flics, par exemple celui qui craque sur un témoin. Cela rend le livre un peu bucolique, romantique, c’est charmant. Le côté “experts d’art” n’est pas trop présent, c’est très agréable. Et enfin, je pourrais faire un parallèle avec “Un appartement à Paris” de Guillaume Musso (je sais qu’il est plus récent), où la clé réside aussi dans l’art, (lisez-le très vite il est bien aussi).

Michel Bussi est décidément un auteur incontournable de ces dernières années, j’apprécie beaucoup.

Dans ce Nymphéas je me suis bien moins ennuyée que dans d’autres Bussi, par exemple Un avion sans elle qui est long à démarrer. Le prochain sur ma liste est sans doute le violet. Oui, ma mémoire me joue des tours…

 

Pour conclure, ce livre vous envoûte, vous emporte, vous empoisonne, vous vous y ATTACHEZ rapidement (comme à Christophe Maé). Il est à la fois énervant, mystérieux, sombre et multicolore, il est incroyable. La fin est tellement exaltante, impressionante, évidente ! A vous de jouer !

  

Publié dans Chroniques diverses, Romances, Romans, Romans policiers, Thriller | Pas de Commentaire »

Indigo de Sylvie Grignon, chronique de Bouquinsprlefun => COUP DE COEUR

Posté par bouquinsprlefun le 13 août 2017

Indigo de Sylvie Grignon

 

Publié chez Edilivre

 

J’ai eu la chance de recevoir ce superbe petit bijou au format ebook et j’en suis vraiment honorée.

 

Sylvie Grignon n’en est pas là à son coup d’essai. Très contente de découvrir son travail.

En plus j’ai également publié chez Edilivre alors… ça motive de lire quelque chose de bien chez eux !

Auparavant, depuis 2013, elle a publié 4 autres livres policiers chez cet éditeur. Ainsi que 4 autres ouvrages chez deux autres éditeurs, si vous n’aimez pas ce genre.

 

Vous serez captivés par les couvertures qui flashent et qui donnent envie !

Pour ma part, le bleu est ma couleur préférée, et le résumé donnait envie !

Alors découvrons ensemble Indigo, une enquête de police pleine de suspense.

 

      Claire et Emma sont proches comme deux soeurs. Elles ont été élevées ensemble et vivent ensemble actuellement à Paris. Un soir, de retour de promenade dans la célèbre et mystérieuse forêt de Brocéliande, elles s’égarent au détour d’un sentier. Et tombent nez à nez avec un homme aux lèvres bleues.

     Antoine Bourgnon, inspecteur dirigeant la SRPJ au 36, Quai des Orfèvres.

Un soir d’Halloween, une enfant de 8 ans avait été découverte décédée dans une autre forêt.

Antoine, accompagné de deux collègues, prend le train vers la Bretagne. Il est temps de retrouver l’auteur des crimes atroces dont il est question depuis 6 mois… Et il n’y en a pas qu’un…

Le mode opératoire est mystérieux, lui aussi. Tout ce que l’équipe de la brigade criminelle sait, c’est que la cause de la mort n’est pas connue et que les victimes sont retrouvées couchées “en foetus” dans une mystérieuse forêt, à grande distance les unes des autres… Seraient-elles victimes du même bourreau ? Qui peut bien semer l’effroi dans la région bretonne ? Et pour quel motif ? Est-ce en lien avec les mythes du roi Arthur, toutes ces histoires qui font partie du patrimoine local ?

Antoine compte bien découvrir et enfermer le ou les coupables avant que les journalistes n’ébruitent l’affaire… et que l’enquête tourne à la catastrophe.

 

     Pietrich était allemand. Isolé et sans amis, son père le contraignit à rester à domicile et il s’ennuyait. A 13 ans, il avait une belle écriture et c’est pour cela qu’il fut emmené à côté de chez lui : son père lui avait trouvé un job. C’était une opportunité, pour lui, de rencontrer des gens. Sauf qu’il s’agissait en fait d’un camp de prisonniers très spécial. Et qu’il allait être le témoin d’une des monstruosités de l’humanité. Par les humains, envers d’autres humains. Pietrich devint “le psychiatre d’Auschwitz”.

 

     Quel est donc ce mystère autour des cadavres de la forêt ? Quel projet diabolique se cache derrière ces meurtres ? Les victimes ne se connaissaient pas, sont issues de milieux sociaux totalement opposés… alors quel est leur point commun ?

Il semblerait que des scientifiques agiraient à l’ombre des grands arbres de Brocéliande…

 

COUP DE COEUR

J’ai vraiment eu un coup de coeur et je regrette de découvrir aussi tardivement S. Grignon.

Les personnages sont intéressants, attachants, surprenants. Leur passé sombre leur procure ce côté mystérieux et sensible qui leur permet de mieux cerner les témoins, se fondre dans la tête des meurtriers, chercher à faire parler les indices… superbe rencontre avec ces personnages.

J’ai apprécié la qualité des dialogues ! Ils sont très travaillés, en tout cas on a une très bonne image, on se représente très bien la scène entre une policière et une mère de victime, par exemple. La qualité du discours, du récit, la répartition des chapitres, la forme qui attire et qui nous embobine jusqu’à 1h, 2h du matin en toute légèreté… les propositions de cette auteure sont vraiment intéressantes.

J’aime son style, son intelligence et ce roman, qui est bien une “fiction” est très bien renseigné. Très qualitatif. Ce n’est pas une simple enquête. Il y a bien du travail derrière, il ne ressemble à aucun autre. C’est tellement agréable de lire un ebook sans des tonnes d’erreurs d’orthographe ! Il y en a très peu au début donc la lecture est super agréable, un peu plus après mais ça ne m’a pas trop gênée. Il est court, très fluide et très dense à la fois. L’idée des histoires entremêlées fonctionne très bien, et puis bien évidemment on raffole des histoires personnelles des enquêteurs…

Le mélange des genres, du côté “contes et légendes”, plutôt fictif avec le côté “science et idéologie”, bel et bien existant, est très bien mené, c’est un très bon choix.

Imagination, suspense et enquête se tiennent très bien, c’est vraiment top. J’y verrai quelques similarités avec Chattam, “La Théorie Gaïa”, la série américaine Fringe, ou encore James Patterson pour son excellent livre “Des enfants trop parfaits”. Et puis j’ai adoré le côté brut, rustique, historique. En pleine nature, du côté d’un coin de la France à l’opposée du mien. Au fait, si vous aimez ce livre, faites comme moi et débrouillez-vous pour lire les autres livres de S. Grignon. Si ça ne suffit pas, lisez F. Thilliez, Puzzle, ou Armelle Carbonel, comment il s’appelle l’autre là, avec l’oeilleton violet sur la porte ? Ah voilà : “Criminal Loft”, en tout cas ils correspondent à l’aspect “science et idéologie”, ou encore l’enfermement des victimes…

 

PS : Chattam vous conseillerait d’écouter en parallèle de la musique classique, je vous conseillerai plutôt un “simple” album de Kyo, un vieux Coldplay, Blink 182 ou encore Americana de The Offsprings pourquoi pas ?

 

 

 

Publié dans Aventure, Chroniques diverses, Fantastique, Romans, Romans policiers, Thriller | Pas de Commentaire »

Visages au crépuscule de Cédric Charles Antoine : mon avis par Bouquinsprlefun

Posté par bouquinsprlefun le 1 août 2017

Cédric Charles Antoine

« Visages au Crépuscule » aux Editions Lordkarsen

 

Depuis quelques années, je ne suis plus très objective quand je vous présente cet auteur Français qui a un succès grandissant sur la toile, qui fait de nombreux salons et qui sort de l’ordinaire. Je dirai que sa catégorie de départ : les thrillers à suspense, est passée aussi par les romans d’anticipation (et quel bonheur), mais que maintenant il passe aux romans historiques et ce, avec talent et intelligence. Ce garçon a beaucoup d’inspiration (serait-ce grâce aux beaux paysages du côté Ouest de la France ?), de créativité, et un côté très sombre à la Chattam qui me plaît beaucoup, mêlés à un côté aventurier, très “vie sauvage”, “randonnée dans des lieux atypiques, inaccessibles, froids”… et surtout, j’apprécie ses talents de narrateur : le texte avance très vite, c’est dense et court et très malin. Si je ne vous ai pas encore convaincu(e), je vous laisse juger par vous-mêmes !

 

Comment j’ai découvert l’auteur

 

C’est un beau partenariat qui a commencé un peu par hasard, une chronique contre un livre, puis deux, puis trois… et c’est tout naturellement que je cliquais sur Acheter lorsque C. C. Antoine publiait un nouveau livre. Grâce à mon tout petit blog, j’ai pu le rencontrer sur la toile, et j’espère monter sur Paris d’ici l’année prochaine pour le rencontrer. Ca sera comme l’aboutissement d’une aventure livresque incroyable pour moi. MERCI pour tous tes cadeaux !!! Ils sont au premier plan dans mon casier “livres préférés”. Vous ai-je précisé que ses ebooks sont classés parmi les meilleurs du site Amazon ? Cliquez vite avant qu’il en publie un nouveau !!!

 

Spécificités de ses livres

 

Cédric Charles Antoine a eu l’audace, le courage et l’intelligence de s’auto-éditer, donc il a créé les Editions Lordkarsen, avec toujours des couvertures juste trop jolies, qui en disent peu mais qui invitent au voyage… historique ou géographique, ça, vous le découvrirez vous-mêmes.

Au début, j’ai été très vite séduite par ses histoires tout à fait étonnantes. Le personnage principal partait à l’étranger, avec un sac à dos, et on partait avec lui l’air de rien dans une nature plutôt hostile… et ce n’était que le début… car on arrivait dans des univers parallèles sans crier gare. Et puis par la suite j’ai été très contente de voir les livre évoluer, avec ce petit “je ne sais quoi” en plus, par exemple la facette historique, très très bien renseignée, très bien faite (oui, oui ce sont des fictions…). Très bons livres avec un côté thriller que j’adore, une espèce d’autarcie ou de cadre très sombre, surréaliste et à la fois très réaliste (mais comment fait-il?) et bien sûr des fins à tomber à la renverse. Adjectifs qualifiant certains de ses livres : imprévisibles, indescriptibles, surprenants, terrifiants, …

Je vous assure que si vous commencez, vous allez plonger dans des aventures très très spéciales et vous en redemanderez.

Ce qui est top chez cet auteur, c’est qu’on s’attend à tout sauf à des péripéties de ce genre. On a beau être armé, connaître ses livres pour les avoir lu il y a peu de temps, on ne peut imaginer, réaliser, anticiper ce qui va se passer, c’est juste impossible. Il prend des chemins incroyables, il transporte, il téléporte le lecteur. Le titre, on le comprend après lecture complète du livre.

Il faut absolument avoir un regard général, lire au moins deux ou trois de ses livres pour se faire une idée de l’auteur. Après lecture, vous avez un sentiment étrange, vous avez avalé plein d’air de travers, vous êtes si déçu de quitter le livre mais si satisfait à la fois ! Notamment le dernier roman que j’ai lu “La Slovène”, avec une fin extraordinaire…

Sinon, un autre grand grand livre pour moi, Le paradis de Victoria, raconte une expérience de téléréalité très dangereuse, vous l’apprécierez grandement pour son originalité et les frissons qu’il vous procurera. Très très bon livre.

J’adore les astuces utilisées pour troubler, manipuler, malmener le lecteur. Comme je vous le disais, parfois l’action est très détaillée, puis aux 3/4 du livre, le récit prend de la vitesse et vous transporte dans le temps pour finir sur un dénouement incroyable. Ce doit être très difficile à écrire. Avant tout, il faut être un fin lecteur et s’être interrogé très longtemps sur ce qu’on aime, comment on aime être surpris et étonné, ce qu’on peut se demander avec tels indices et dans telle situation…

Prenez garde, ne vous attachez pas trop aux personnages, ils disparaîssent !

Ne pensez pas que la fin se passera là, là, ni là, non, il n’y a que l’auteur qui décide, et ça sera par là-bas, dans son monde troublant et effrayant, à l’opposé de vos prédictions trop prévisibles !

 

Visages au crépuscule

 visages au crépuscule

Suivez l’aventure d’une mystérieuse valise, qui, à la manière d’une ville dame bien habillée sous tutelle, muette, au regard dénué de sentiments, et qui semble marquée par une longue vie, vous prend de haut et vous indique que ses secrets sont quasiment scellés à tout jamais.

 

La valise est le personnage principal.

La valise est une star.

La valise est un coffre ort.

La valise est un souvenir.

La valise est un héritage.

La valise est un témoin du passé.

La valise est une ouverture sur un monde parallèle comme dans X-files.

La valise est comme Forest Gump.

La valise est un objet transitionnel, comme un doudou qu’on voudrait faire parler.

La valise EST le livre.

Le livre EST la valise.

 

Le lecteur est témoin de son voyage.

Le lecteur accompagne son propriétaire.

La valise vit, survit, reprend vie, sort de l’oubli, passe au contrôle technique.

Elle est le miroir du passé et nous emporte, en tant que lecteur, avec son propriétaire, sur les traces de ses expériences.

La valise est bien vivante. Les personnages sont très secondaires.

 

Clairement, ce livre est différent des autres. Cela réside dans cette mise en valeur, cette personnification surprenante de l’objet par rapport à l’humain, et surtout dans le côté concis, précis, et le fait qu’on ne s’attache pas aux personnages, ou en tout cas après l’objet si particulier qu’est la valise.

Je m’interroge sur le choix de l’objet, qui est très justifié, mais original. Cela aurait pu être une photo, un appareil photo, une montre, un médaillon avec une inscription, mais non, c’est une valise. C’est très astucieux et passionnant.

Merci à l’auteur, et bien sûr un grand merci pour mon cadeau d’anniversaire, à savoir le dernier roman sorti en juillet, tout chaud tout beau et dans le haut de ma PAL : “Je me souviens de toi”.

A bientôt C.C. Antoine ;)

 

N’hésitez pas à me faire vos retours, bonne journée

Publié dans Chroniques diverses | Pas de Commentaire »

 

Stephanie durieux |
La Ronde Des Mots |
Metaphysique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lasortie
| Famillerecompose
| Coincescheznous