• Bienvenue à tous les lecteurs !

    Bienvenue à tous les lecteurs !

  • Visites

  • Catégories

  • Agenda

    mars 2016
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Que vous soyez lecteur ou auteur, ce site est fait pour vous

    Vous trouverez des articles sur mes lectures, mais aussi de nombreuses chroniques, des hebdos, des photos de ma bibliothèque et mes piles à lire. Je cherche à promouvoir les jeunes écrivains en devenir mais aussi à débattre sur les best-sellers...
    J'ai écrit deux romans, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site Edilivres
    http://www.edilivre.com/une-question-de-confiance.html#.VYMjWka85Ec
    http://www.edilivre.com/l-enquete-espagnole.html#.VYMjeUa85Ec
    Je me ferai un plaisir de vous dédicacer ces petits livres!

  • Pages

  • Fils RSS

  • Instagram

    Suivez-nous

La fille de Brooklyn de Guillaume Musso : Chronique de BPLF

Posté par bouquinsprlefun le 29 mars 2016

La fille de Brooklyn de Guillaume Musso

Sorti en Mars 2016

Connaissons-nous vraiment nos compagnons/compagnes ? Pourquoi serait-il impossible de douter de leur honnêteté ?

Le narrateur de l’histoire, Raphäel, est un ancien enseignant, auteur vivant de son art. Spécialiste des thrillers, conscient de la chance qu’il a d’avoir du succès. Papa d’un petit garçon, Théo, séparé d’avec sa maman, pas du tout à l’aise dans son rôle de maman, trop préoccupée par son éminente carrière. Et puis il y a Anna, rencontréeLa fille de Brooklyn de Guillaume Musso : Chronique de BPLF dans Chroniques diverses arrow-10x10 à l’hôpital où elle travaillait en tant qu’interne en médecine, l’hiver précédent. Le bonheur à deux. Depuis six mois. Un mariage imminent.

Anna a disparu. La fiancée dont il était tombé éperdument amoureux récemment a disparu.

Raphaël est sous le choc. Il ne peut croire à une fuite, une fugue, une rupture pour aller avec un autre homme… Il ne sait pas ce qu’elle fait, mais ce n’est pas son genre de disparaître comme cela… Est-elle retenue captive ? Est-elle morte ?

Avant sa disparition, Anna et lui s’étaient disputés. Elle lui avait montré une horrible photoarrow-10x10 dans Romans, dévoilant ainsi un secret bienarrow-10x10 gardé, qui avait choqué le narrateur… Raphaël en vient à douter réellement de l’innocence de sa chère Anna. Après tout, elle a toujours été très mystérieuse sur son passé, ses fréquentations, sur tout en fait. Et si elle était en cavale ou coupable d’une horreur ? Est-ce qu’elle en serait capable ? Elle devaitarrow-10x10 retourner à son appartement et n’y est jamais allée. Elle avait pris l’avion pour retourner à Paris et finalement, on a perdu sa trace. Même Marc, meilleur ami et voisin depuis 5 ans, ancien flic plutôt excellent, ne sait que penser au début de l enquêtearrow-10x10… Mais Raphaël aura besoin de son aide et de toute sa confiance pour retrouver celle qu’il aime… Quoi qu’il arrive. L enquêtearrow-10x10 commence par une fouille méticuleuse de l’appartement d’Anna sur Paris, où Raphaël était venu à peine 5 ou 6 fois. L’écrivain et l’ancien policier vont user de leurs précieuses connaissances en matière d’enquêtes et de scènes de crime pour comprendre ce qui est arrivé à Anna.

Connait-on vraiment la totalité d’une personne avec qui on va se marier ? Est-on sûr de la véracité de la parole de l’autre alors même qu’on sait qu’il ou elle a des secrets ?

Le lecteur devient comme complice, acteur, personnage secondaire de ce roman / thriller on ne sait pas trop !

Guillaume Musso nous emporte avec lui, comme on porterait un attaché-case pour aller au travailarrow-10x10. De chapitre en chapitre, on est soulevé, happé, mené par le bout du nez, on sourit, on crie, on se dit « Tsss mais non !  » on se rebelle, on s’interroge, on s’assoit, on se relève, on se pose, on se bouge, on aime, on adore. J’ai eu beaucoup de coups de cœur chez cet auteur, et celui-ci est dans mon top 3 après « La fille de papier » et « Central Park ». J’aime le côté rock, mystère, plus pointu, plus aiguisé que les anciens, plus noir, plus intriguant encore. J’aime énormément cette orientation que prend Guillaume Musso. Je suis totalement fan et j’assume ! Il a le don de marier à la fois le verbe, la prose, les descriptions, le récit sans que ce soit trop long ou trop insupportable. Il donne vraiment de sa personne pour concilier émotions et narration tout en éveillant notre curiosité et notre hâte de finir son livre.

Ce qui distingue cette enquête des autres ?

Peut-être les confidences, sans doute autobiographiques, que fait l’auteur à son lectorat. En aparthé, il nous parle de son travail d’auteur, des difficultés d’un écrivain, des personnages, de la passion pour le boulot… C’est un choix très osé et qui est merveilleusement bien orchestré.

Peut-être le personnage de Marc, présenté avec autant d’attachement que de subtilité, d’humour, avec une touche de force et de muscles. J’aime énormément. Je rêverai de le retrouver dans un prochaine roman !!

Et même s’il a quelques similarités avec P. Bauwen dans « Seul à savoir » ou H. Coben dans « Six ans déjà », j’aime bienarrow-10x10 l enquêtearrow-10x10 sur fond de romance. J’aime l’énonciation qui présente à la fois un journal intime, un dialogue avec le lecteur et un dialogue entre Raphaël et Anna, lorsqu’il s’adresse à elle pour la retrouver…  C’est vivant et intriguant à la fois, on est très vite enspiralé. Quoi, j’invente des mots si ça me chante, okay ?

Et puis il y a un thème de fond qui me semble aujourd’hui au point le plus brûlant de notre actualité : l’usurpation d’identité et cette espèce de liberté folle qu’ont les gens d’aller et venir à leur guise sans se faire prendre… On connaît les plus affreuses des conséquences sur notre sécurité et notre vie quotidienne, à l’heure où « terrorisme », « attentats », « insécurité » sont sur toutes les lèvres alors qu’on devrait parler plutôt « jonquilles », « soleil » et « quand est-ce qu’on commande les vacances? ».

De plus, les faits divers sont parfois inquiétants : meurtres, enlèvements, tout ce qu’on entend semble assez dingue… et G. Musso en parle dans ce roman d’une main de maître. Dénonçant les affres de la psychologie humaine ? Je n’en sais rien. Mais ça m’a quand même fait penser à ces horribles histoires que l’on écoute distraitement jusqu’à ce qu’elles arrivent à quelqu’un qu’on connaît, ou dans les environs, ou à quelqu’un de l’âge d’un proche, un enfant etc. Moi qui suis fan de « Faites entrer l’accusé », « Cold case », « Bones », « NYSVU » je suis bien gâtée dans ce roman…

En plus, on y parle de ma région… pour des faits terribles, certes, mais quand même. Et puis, au bout d’un tiers du livre, je suis encore plus sous le charme, puisqu’on part à New-York. Et là c’est une autre partie de moi, celle qui est totalement passionnée et curieuse, et rêveuse aussi, qui se réveille.

La complexité de l’histoire, des dialogues, des recherches, et cette énonciation multiple, -dans laquelle les personnages clé de l’histoire nous permettent d’ouvrir leur cœur et leur boîte à souvenirs- permettent au lecteur de se représenter le passé et d’en comprendre chaque réaction des personnages du présent, comme plusieurs enveloppes qui se décachètent petit à petit en parallèle.

Un peu à la manière d’Alex de Pierre Lemaître, on se demande si toutes les victimes deviennent bourreaux, et si tous les bourreaux ont été victimes… La vie n’est pas en noir ou en blanc mais il y a des nuancesarrow-10x10. (Pas 50, mais bien plus de nuancesarrow-10x10 que cela ! ). Donc, je vous assure, ce livre est vraiment un petit bijou d’ingéniosité et de mystères. La double enquête menée par Raphaël et son ami permet à l’auteur de nous faire avancer parfaitement vers notre terre inconnue, vers le Ghost presque inaccessible : vers Anna.

J’avoue qu’en ce moment je lâche la lecture « plaisir » pour la lecture « révisions » et là ça fait un bien fou : savoir qu’on ne perd pas son temps avec un bouquin digne de ce nom, savoir qu’il y a vraiment un bon moment à la clé, ça n’a pas de prix.

Merciarrow-10x10à toi Aurelie Bouquine de m’avoir offert ce si précieux cadeauarrow-10x10 !!! Sans toi je me demande si j’aurais tenu jusqu’aux prochaines vacances sans craquer sur la version papier !

J’ai vraiment hâte d’avoir votrearrow-10x10 avis pour comparer. N’hésitez pas à commenter cet article…

 

Publié dans Chroniques diverses, Romans | 1 Commentaire »

La vie d’après par Bruno Madelaine

Posté par bouquinsprlefun le 20 mars 2016

La vie d’après par Bruno Madelaine

 

Introduction

Croyez-vous en la réincarnation ? au karma ? à la vie après la mort ? à la lumière blanche ?

Je ne sais pas où on va, où notre esprit s’envole. Mais je crois en une chose : carpe diem. Prendre la vie comme elle vient, continuer toujours tout droit à croire en soi, croire en l’avenir, croire en notre bonne étoile… croire en nous-mêmes pour réussir. Et en quelques proches qui ne jugent pas, qui vous font avancer et qui croient en vous.

Croyez-vous en votre horoscope ? Avez-vous déjà testé une voyante, un rituel vaudou sur vos pires ennemis, un courrier anonyme et… ouh, là je m’emporte, désolée. C’est le temps du grand ménage d printemps c’est sans doute pour cela que je m’égare !! Bon, je suis correcte je vais juste faire le ménage dans mes amis sur les réseaux sociaux. C’est bref, c’est net, ça ne fait pas mal.

Présentation du livre

Charles est sur un lit dans une maison de retraite et sait déjà où il va. Ou plutôt, sait où son corps va aller, puisqu’il est emprisonné dedans. Un corps qui ne lui permet plus aucun mouvement. L’esprit, lui, est encore bien présent et éveillé. C’est bien là le problème.

Charles sait qu’il y a une vie après la mort, grâce à un coach, un maître spirituel. Alors, on en apprend plus sur son passé, une fois qu’il a succombé. Charles et sa femme étaient très heureux et amoureux, elle est morte deux ans avant lui.

Les +

-J’ai adoré le concept qu’a offert cet auteur à des lecteurs connus au gré des clics sur Internet. Il m’a permis de découvrir son univers dans un temps limité : lire le livre à condition de poster un commentaire en échange. Tout à fait ce que j’aime chez ces auteurs généreux et talentueux qui désirent se faire connaître et/ ou des avis d’amateurs de bons livres.

-S’adresser directement au lecteur pour l’embarquer dans l’histoire de Charles : un excellent choix, très bien réussi : l’effet escompté est au-delà de ce qu’on attend au départ. J’adore.

-Les jeux de mots, l’humour, le grain de folie rendent le livre vraiment original, on le lit très facilement, aucun problème de compréhension pour moi qui suis vraiment prise par le temps notamment à cause du boulot et de mes révisions.

-Un ensemble qui tient vraiment la route, une aventure, on rit, on n’a pas besoin de croire en quoi que ce soit pour aimer ce livre juste divertissant, différent, attrayant.

-On sort du livre avec le sourire aux lèvres.

Les – :

-Vous ne le connaissez pas encore !!! Rejoignez sa page FB !

Publié dans Chroniques diverses | Pas de Commentaire »

Le messager du Parc de Cédric Charles Antoine

Posté par bouquinsprlefun le 9 mars 2016

Le messager du Parc de Cédric Charles Antoine

 

Le messager du Parc Cédric Charles Antoine

Londres. Dans un hôpital, un ministre de la Santé en fin de mandat fait une visite officielle.

Le lendemain, les corps de deux journalistes sont retrouvés dénudés, et deux patients de l’unité de soins

psychiatriques manquent à l’appel. Il s’agit d’un homme et d’une femme dangereux. Les médias traitent

l’affaire avec un immense sérieux et les habitants de tout le Royaume sont sur le qui-vive. 


Perceloup, dans le Jura. Chris a une vie bien rangée, bien construite, avec une famille et une belle entreprise locale,

exploitant une ressource noble : le bois de la région. Mais il se bat contre lui-même, contre cette part sombre et

angoissée qui le perturbe à chaque instant de sa vie, malgré cette façade d’homme parfaitement comblé qu’il arbore

régulièrement. Serait-ce dû à quelque chose qui a eu lieu durant son enfance ? L’horrible accident de sa sœur

Hélène âgée à l’époque de seize ans ? Au fond, Chris veut tout comme tout le monde : le bonheur de ses proches

ainsi que le sien. Mais il n’arrive pas à rester de glace lorsque sa femme Sophie lui apprend qu’elle a d’autres projets

de vie que lui, ou que son ami et collaborateur Marc ne soutient pas le même avis que lui…

Chris craque et la situation se retourne contre lui.

Un peu plus tard, Chris fait une de ces rencontres bouleversantes, dont vous vous souvenez toute votre vie. Il s’agit

d’un vieil homme, de près de 90 ans, qui vient à lui et lui fait la conversation, à un moment où il ne s’y attend pas. Il

se confie à lui et dit : « Je suis triste de ne pas pouvoir être heureux au milieu de ceux que j’aime ». Je trouve cette

phrase énorme. Très percutante et mémorable, même pour un poisson rouge insomniaque. Et si c’était ça, la

solution aux problèmes de Chris : partir, sur les conseils de cet inconnu qui semble avoir une grande expérience de

la vie.

Et si Chris devait partir vivre sa propre expérience pour mieux revenir dans sa vie « rangée » ? Et s’il pouvait

chercher ailleurs ce moyen de revivre et de s’épanouir seul ?

Chris se décide, il se lance le défi de partir pour 100 jours à l’aventure, totalement au hasard.

Il a une façon particulière de choisir ses destinations.

Le jurassien expatrié à Paris s’en va à la recherche de calme, de nature, de petits villages pittoresques…

Il arrive en Grande-Bretagne et y fait de sympathiques rencontres.

 

 

Où que l’auteur auto-édité C. C. Antoine veuille nous amener, nous allons. On fonce, on prend un sac à dos,

on y fourre tout ce qu’on veut, et nous voici prêts à passer à la seconde partie du livre. Voire plus si affinités, et

affinités il y a. Parole d’insomniaque à exactement 1h 49 du matin (je précise qu’un poisson rouge raisonnable ne se

couche pas à des heures si tardives mais que je ne suis pas raisonnable. Mais que si je me couchais je ne pourrais

guère me présenter à mon boulot sans préparations, donc, me voici à cette heure-ci et hop, je passe à la seconde

partie du livre. Voir ce que va faire Chris, avec les idées de ce Messager du Parc.

La balade géographique, historique, et l’aspect plus « roman » voire même « journal de bord » font de ce roman -à

nouveau très surprenant- un roman dont j’ai du mal à définir le genre. Cet aspect me plaît bien.

L’originalité de l’énonciation et la promenade dans le temps rendent le livre plus complexe et d’autant plus

passionnant. On est plus à l’affut de ce qui va se passer, il me semble que c’est ça, le must du roman

d’anticipation… J’aime beaucoup la tournure que prend ce roman pour nous lecteurs. L’auteur parvient avec

justesse à nous rendre complètement fan, sans pour autant oublier le récit et la qualité du texte. Par exemple, en

accélérant certains passages, en s’arrêtant plus longuement sur des anecdotes ou des moments clés qui font avancer

le récit, en décrivant la route, les personnages rencontrés par Chris, ou encore en nous plongeant dans l’esprit de

Chris qui prend plaisir à s’aventurer en Grande-Bretagne mais qui doute tout de même par rapport à sa famille qu’il

a laissée sur Paris…

Quelque soit le personnage principal, dans les livres de cet auteur, on a vraiment très envie de s’identifier, de partir

totalement dans ces univers décalés, parfois pittoresques, perdus au milieu de nulle part, plein de mystère, sans

tomber dans l’incrédulité ni dans le fantastique jeunesse que je ne peux plus lire pour l’instant !

On sent bien que C. C. Antoine ne nous prend pas pour des idiots. Ses livres sont complexes, il nous faut du temps

pour assimiler, pour s’interroger, -ici « Qui est donc le messager du parc, et sur quelle piste va-t-il envoyer Chris? »

et en prenant du recul : « Pourquoi n’allons-nous pas, nous aussi, à la recherche de cette plénitude que recherche

Chris lors de son voyage spirituel? « 

le lire en vo serait pour moi une aventure encore plus prenante, tellement le réalisme du livre me plaît. Mais bon,

what else ? Et puis quoi encore ? Okay, je sors, je bois trop de café et j’en veux toujours plus !

Les ingrédients sont toujours très justement dosés : des descriptions du paysage aux dialogues, au récit, en passant

par le bon ton et la bonne quantité d’action et d’aventure, la profondeur de l’écriture, les champs lexicaux utilisés

avec des effets de sobriété, de récit de voyage, de passion, de quête du bonheur, tout est là pour créer une ambiance

très agréable. La curiosité, l’éveil des sens, l’envie de lire sont vraiment exacerbés.

Souvent, le thème de la communion avec la nature revient chez C. C. Antoine. S’y ajoute le thème de la proximité

avec l’histoire. Les personnages semblent impliqués mais c’est comme si le lecteur avait envie de les prévenir d’un

éventuel danger. « Attention à vous ! Non, mais sérieusement… » Le lecteur est donc actif, car « il sait » !

Références que l’on peut y associer : Into the wild, Robinson Crusoé, Seul au monde, L’île du crâne d’Horowitz, Le

dernier jour d’un condamné…

Pour conclure, ce livre n’est pas mon préféré de tous (je penche plutôt entre l’Exil Primitif et Le paradis de Victoria)

mais il tient vraiment ses promesses : humilité, aventure, originalité, suspense. Un lecteur habitué à la plume de

l’auteur se méfie de l’eau qui dort. il sait que les événements déstabilisent le récit, que les chemins tortueux du récit

seront forcément très inattendus voire complètement fous. Je ne peux que vous recommander de les lire tous (ils se

lisent indépendamment les uns des autres).

Chaque phrase a son importance. Quitte à relire les explications plusieurs fois (oui, en ce moment j’ai une mémoire

de poisson rouge, surtout lorsque je commence un livre à 2h30 du matin après avoir corrigé des copies et/ ou

préparé mes leçons ! Le livre avance pas à pas mais ne laissez rien au hasard. Il faut se concentrer sur les petits

détails, c’est comme quand on ouvre un paquet de chips et qu’on ne les apprécie pas, sauf la dernière. Il faut

prendre en compte tous les aspects du livre pour en apprécier la fin qui est toujours époustouflante chez cet auteur.

Croyez-moi, tous ont une fin extraordinairement surprenante, étonnamment folle, sincèrement énorme.

Publié dans Aventure, Romans | Pas de Commentaire »

Petite annonce de Bouquinsprlefun : Suivez la booktubeuse et blogueuse Aurelie Bouquine !

Posté par bouquinsprlefun le 7 mars 2016

Petit clin d’oeil à une talentueuse blogueuse, booktubeuse et amie

aussi passionnée que moi ;)

 

Aurelie Bouquine alias Dorylili est une amie et voisine, et j’adore ce qu’elle fait. 

Je tenais à vous la présenter et à vous recommander ses articles et ses vidéos vraiment

détaillés, complets, et surtout très vrais.

 

Pourquoi ?

Depuis longtemps, Aurélie lit de nombreux livres et cette passion dévorante l’a même

poussée à commencer un blog,

et surtout à créer une chaîne youtube pour y parler de ses lectures.

 

Elle ose non seulement s’adresser à nous autres lecteurs et curieux du net, y parlant même

de choses intimes, comme dans une vidéo où elle détaille 50 de ses secrets, mais en plus,

elle s’y exprime avec brio.

Talentueuse et vraie dans toutes ses activitésPetite annonce de Bouquinsprlefun : Suivez la booktubeuse et blogueuse Aurelie Bouquine !  dans Chroniques diverses arrow-10x10, je trouve qu’elle a vraiment la manière de

synthétiser du mieux possible les livres lorsqu’elle les présente, puis de les conseiller à tout

lecteur, en fonction de ses propres analyses, son ressenti, la forme du livre, le style, … sans

prendre de pincettes. C’est ce que j’aime chez les booktubeurs et les blogueurs.

D’autre part, les analyses sont toujours approfondies, réellement solides et fondées. On ne

lit pas toujours les mêmes livres mais on s’entend sur plusieurs points. Son avis est toujours

pertinent, fiable et sincère. J’ai tellement hâte de découvrir plus de livres qu’elle a aimé !

Je me suis promis de lire Puzzle de Thilliez, déjà que je l’avais trouvé en occase, et du coup

il faut que je le lise d’ici avril !

Retrouvez-là sur Facebook,

sur Twitter,

sur son blog,

et sur Youtube,

ainsi que sur Instagram

 

 J’arrête là car : elle a aussi snapchat et qu’il est temps que je découvre ce que c’est que ce truc ! ^^ ok, je sors. #jesuisunevieillememe #jesuisuneprofdepassee #fashiondemodee #jecoutetopmusicetjassume #vieilleblogueuse #vieillemel #vieille. 

Publié dans Chroniques diverses | Pas de Commentaire »

La chute de Londres Chronique cinématographique

Posté par bouquinsprlefun le 6 mars 2016

 

La chute de Londres / London has fallen

050737.jpg-r_215_290-f_jpg-q_x-xxyxx

2 Mars 2016 en VF

Film Policier/ Thriller 1h38

3,4/ 5 sur Allociné

Réalisateur : Babak Najafi

Avec Gerard Butler, Morgan Freeman, Aaron Eckhart

Vu en VF alors que j’aurais adoré le voir en VO. Ca sera en « replay ».

Avant, je ne regardais que quelques films policiers, comédies et comédies romantiques, drames etc.

Mais j’ai appris aussi à aimer les films de « mecs ». Avec plein d’explosions, d’armes, de « à couvert » !

Alors oui, j’ai vraiment appris à les aimer, ces films d’action bienLa chute de Londres Chronique cinématographique dans Chroniques diverses arrow-10x10 noirs et bien sanglants. Tout comme

j’adore les livres bien sanglants et violents, mais c’est l’aspect psychologique que je préfère là-dedans.

 

Donc, je me retrouve au milieu d’une centaine de mecs au bas mot un soir de tempête de neige.

Pas grave, j’en ai vu d’autres. L’affiche m’avait bienarrow-10x10 Chronique cinéma dans Chroniques diverses plu, puisqu’il y a quand même M. Freeman dedans, on

se dit « ça doit être un bon film ». Et oui.

 

Ça raconte quoi ? 

 

Au Pakistan, un grand mariage se tient en plein air. Mais le mariage va brusquement tourner au drame,

attaqué par des ennemis de haute voltige, venus du ciel. C’est l’explosion.

A Londres, Grande-Bretagne, on déplore la disparition du Premier Ministre, mort 24 heures après une

opération au genou. Cette nouvelle affecte le monde entier. Les chefs d’Etats des différentes puissances

mondiales sont amenés à assister à la cérémonie funéraire, en plein cœur de la capitale. 

 

A l’instar de la Chancelière Allemande, le président Italien, le président Japonais, et bienarrow-10x10 d’autres grands

de ce monde, la ville de Londres accueille, pour l’occasion, de nombreux services de sécurité, dont celui

jugé infaillible du « Gaucher », nom de code pour le président Américain. Tout est prévu pour qu’il arrive en

sûreté avec ses bras droits.  Mais l’équipe de sécurité, composée d’un service d’ordre surentrainé, a un

mauvais pressentiment en arrivant près de St Paul. C’est là que l’action démarre. Le bodygard le plus

proche  du président ainsi que ses collègues vont tout faire pour préserver la vie du président, quoi qu’il en

coûte.

 

Voir le trailer

Mes impressions sont vraiment positives. Je pense vraiment que ce film a un intérêt, que chacun des

personnages y a sa place. Malgré ce qu’on dit de M. Freeman, évidemment, je le trouve parfait dans son

rôle, secondaire mais important. Il y a aussi une femme policière forte et déterminée, ainsi que des

personnages clés qui ont permis de faire avancer l’aventure. 

Mais j’ai envie bien sûr de vous parler des deux personnages favoris du public, le président et son

bodyguard. Complices dès le début du film, notamment lors d’une scène durant le footing du président,

qui fait qu’on se représente bien la scène et l’amitié qui les lie (n’y voyez là aucune référence avec un petit

président français qui faisait son footing avec son premier ministre, non, non!). Leur lien professionnel va

bien au-delà du simple « protecteur », du simple mec qui prend les initiatives, a des itinéraires de secours et

travaille en équipe rapprochée. Non, autrement il ne s’agirait pas de la présidence américaine !

London-Has-Fallen-Movie-Review-1

Sans se douter qui est derrière ces attentats sans précédents, les gardes du

corps du président sont de vrais robots, prêts à se sacrifier en un instant,

évitant même les missiles au-dessus de Londres, échappant aux

assaillants en plein milieu du métro ou allant le délivrer dans une poudrière

digne des plus grands films de guerre. Et pourtant j’ai adoré !! Donc, tout

dépend du scénario et des personnages. Excellents jeux d’acteurs, même si

parfois c’est peu crédible, tout explose, voiture criblée de balles mais tout le

monde est encore là, personnages secondaires auxquels on n’a pas le temps de s’attacher et qui

disparaissent trop vite, survie d’autres personnages à des millions de tirs sans aucune égratignure… à ce

qui paraît, « C’est ça, les films d’action !  » et toc.

Moi qui suis vite ennuyée lors de scènes de guerre ou lors de certains films catastrophes car trop répétitifs

et trop simples, je n’ai pas pensé une seconde à autre chose. J’ai bien aimé les décors, l’action, le caractère

du film, et bien sûr j’y suis allée pour voir London détruite à coup de tirs et d’explosifs. Situations hors du

commun, énormes paysages de la ville en feu, scènes d’explosions vraiment réalistes et bon son.

London has fallen movie

Ce qui fait du film un bon film ? Certes il y a énormément de scènes de tirs et

d’explosions, mais en plus, le fond est intéressant et très réaliste. Surtout à l’heure des

attentats, du terrorisme, et à à peine quelques mois du 13 Novembre. Âmes sensibles

s’abstenir, car les scènes affectent vraiment la ville comme des scènes du quotidien,

cela vous desservira d’aller le voir si vous avez tendance à être choqués. Moi, c’est

aussi un aspect qui m’a plu. Et pourtant je ne suis pas du genre « films d’horreur ».

Pour conclure, je recommande ce film qui est à la fois très représentatif de notre

univers européen et du monde actuel, sous la menace du terrorisme,

parce que nous ne sommes à l’abri nulle part dans le monde,

parce que les grandes villes -comme Marseille très récemment- se préparent (à raison) à des attentats de

très grande ampleur sur le territoire national, parce que des jeunes filles de 16 ans s’envolent pour la Syrie,

terre d’accueil qui fait rêver, c’est bien connu. Et parce que bien sûr, il s’agit d’un film d’action

« catastrophe » et que les scénarios de ce genre n’arrivent jamais dans la réalité, si ? C’est bien cette barrière

psychologique qui fait que j’aime ces films et ces livres dont on ne sort pas indemnes, mais qui sont loin de

notre réalité en termes de gravité, et fort heureusement. 

 

 

 

 

 

Publié dans Chroniques diverses | Pas de Commentaire »

Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu : chronique COUP DE COEUR roman exceptionnel

Posté par bouquinsprlefun le 5 mars 2016

Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu

Mathias Malzieu Journal d'un vampire en pyjama

Vivre dans un « grand peut-être ». Ca doit être ça, connaître le prix de la vie.

Comment expliquer en quoi et à quel point ce livre m’a plu ?

Une armée de combattants disparaît de votre corps. Vous êtes exposé à tous les dangers

sans aucune capacité de répondre par vous-mêmes. Le ciel vous tombe sur la tête, sans

armure, sans prévenir, sans carapace anti-virus, vous êtes là, dans le vent, la pluie, le

froid, contre un énorme rempart à franchir vers la liberté, ou plutôt vers la vie.

Une armée de médecins, d’infirmiers, de gens effrayant avec de grandes aiguilles,

des « harpons » pour vous faire exploser de douleur, des gens qui vous annoncent des

nouvelles absolument effrayantes et angoissantes sans prendre de pincettes.

Votre vie se transforme à jamais et votre incompréhension, votre chagrin laissent place

à tout cet univers médicalisé. Vous devenez un « corps » qui doit se battre et rien d’autre

qu’un corps. Usé, fatigué, vulnérable, qui a besoin des autres pour sa survie. Et qui sait

quel est le coût de la vie.

Vous êtes votre propre maladie. Votre système immunitaire est totalement déréglé, vous

recevez de fausses infos et vous vous détruisez.

Cette information me fait légèrement réagir vu que j’ai passé 25 ans de ma vie à me

détester, à croire que je ne pouvais pas sortir de mon état de célibataire « à vie », trop

triste et trop nulle et trop tout. Alors que la porte s’est ouverte pour moi aussi, pour me

laisser libre de vivre une belle vie. Plus ou moins. Je me permets de faire le

rapprochement car j’ai été mon propre « cancer psychologique ». Pour Dyonisos, ça a été

son corps. Moi, ma tête.

M. Malzieu exprime tellement bien le changement de comportement des gens face à lui

et à sa maladie. Une fois qu’ils savent, tout change. Le relationnel, leur perception, leurs

conversations… c’est tellement vrai.

Je ne pleure pas souvent, en général, parce que ma tête m’a appris à pleurer autrement.

Je ne pleure jamais pour un livre. Jamais. Et pourtant j’en ai lu, des livres. Mais ce livre

m’a vraiment bouleversée. M.M. exprime tellement de choses en peu de mots. Tout le

monde peut s’identifier, et pourtant il est le seul à avoir vécu ce qu’il a vécu. Bien plus

profondément que n’importe qui, il connaît la lutte contre lui-même. Il connaît la

gestion de la douleur, de la peur, la vie dans une prison, la vie dans un corps de vieux, la

vie très près de la mort. Je ne pourrai jamais dire « je sais ce que c’est », et tant mieux

pour moi. Mais je sais ce que c’est que d’avoir peur pour quelqu’un, quelqu’un de 28 ans.

Qui ne mérite pas ce qui lui arrive. Qui ne mérite pas de subir. Et pourtant, il subit.

Alors, ce livre m’a fait pleurer. Non pas par empathie, « oh, le pauvre gars, heureusement

il s’en est sorti ! » Mais plutôt par confusion, avec la prise de recul. Cette impression que

la vie est vraiment, vraiment coûteuse, que si vous voulez faire quelque chose, vivre vos

rêves un jour, il faut le faire immédiatement, sans se poser de questions.

 La métaphore de l’épée de Damoclès est absolument excellente. On lit entre les lignes,

une manière de penser au danger, à la situation qui empire, aux idées noires qui passent

par la tête de tout être souffrant et se sachant gravement malade.

Lorsqu’il évoque avec émotion le jour où il chante une chanson sur son état à sa

compagne, c’est là que je me rends compte que cet artiste est non seulement talentueux,

sensible et intelligent, mais qu’en plus, il parle de l’amour comme de la chose la plus

merveilleuse. Et il a raison.

Les titres des petits chapitres sont et resteront incroyablement bien trouvés.

Plein d’humour, d’émotions, qui reflètent bien le livre dans son ensemble en fait.

C’est une espèce de poésie incroyablement solide, profonde et un peu spirituelle aussi.

Quel talent !

Je repense à ce livre de Grand Corps Malade, « Patients ». Je me dis que ces artistes sont

tellement courageux de publier de telles choses, très personnelles, intimes, et de livrer

au grand public leurs bonheurs et leurs malheurs. Certes, cela peut être une thérapie,

mais cela relève du public le plus inconnu, le plus « risqué », celui qui va critiquer très

facilement son récit de vie alors qu’il est … véridique et on ne peut plus près de la

vérité. Criant de vérité, de souffrance et d’humilité.

Je n’écouterai plus Dyonisos de la même façon, c’est certain. Non. Je l’aime encore plus

qu’avant pour sa franchise, son naturel à raconter cette survie, cette lutte incessante

contre Dame Oclès, mais aussi son humour, la beauté de ses phrases, la qualité de ses

descriptions et de son récit tout au long de ce voyage mémorable.

Touchant, poignant, cruel, plein de jeux de mots, d’humour, d’espoir, d’amour, … ce livre

est tout simplement fou. Très intelligemment écrit.

C’est un grand coup de coeur, une claque en plein dans la figure, une vraie leçon de vie.

On n’est jamais à l’abri de rien dans la vie. Alors vivons chaque jour comme le dernier.

Publié dans Romans | Pas de Commentaire »

La Prophétie de Lazare Tome 1 Les Terres d’Alézia de Dame L’Enchanteuse Chronique

Posté par bouquinsprlefun le 4 mars 2016

La Prophétie de Lazare de Dame L’Enchanteuse

TOME 1 Les Terres d’Alézia

la-prophetie-de-lazare,-tome-1-les-terres-d-alezia-710320

 

C’est l’été, et Adam et Emilie, frère et sœur, sont brusquement amenés par leur mère chez leur mystérieuse grande-tante Viviane, dans une maison au milieu des bois.

Les bois sont effrayants dès l’arrivée des deux adolescents, qui ne jurent que par Internet et leur téléphone.

Qui est donc cette dame, femme du garde forestier, qui a élevé Lucie, la maman des adolescents ?

Que cache donc sa maison si mystérieuse aux statues de bois sculptées par son mari ?

Les enfants vont-ils tenir 10 jours, jusqu’au retour de leur mère, sans s’entre-tuer ? Leur hôte va-t-elle supporter leurs disputes continuelles et leur vocabulaire plus que familier ?

Tante Viviane s’absente pour chercher des victuailles et pendant ce temps, Adam et Emilie explorent l’extérieur avec le chien de la famille. Et oups, Adam disparaît dans les bois en poursuivant le chien. Il rencontreLa Prophétie de Lazare Tome 1 Les Terres d'Alézia de Dame L'Enchanteuse Chronique  dans Aventure arrow-10x10 une jeune fille aux yeux violets. Emilie suit un loup qui parle !

C’est alors un nouveauarrow-10x10 dans Fantastique monde qui s’ouvre  pour le lecteur. Nous sommes plongés dans une fantastique … aventure fantastique.

Un monde fait de personnages magiques et féériques, assez similaire à une aventure comme Narnia. Il est primordial que je vous livre une info : CE ROMAN A ETE ECRIT AVANT NARNIA. Cela me fait penser à Elodie Gentil et son roman « Le monde de Léo » qui est très particulier et surtout totalement inédit.

Un monde, donc, créé par Dame l’Enchanteresse.

Petite parenthèse

 

Depuis au moins 20 ans, je suis passionnée de lecture. Depuis au moins 15 ans, j’aime énormément les romans policiers, polars et depuis un peu plus récemment j’ai une grande passion pour les thriller. J’ai lu un peu de tout étant jeune : romances, policiers, horreur, biographies, romans classiques, sans oublier les magasinesarrow-10x10 dans Romans people pour adolescents ! J’ai répertorié des centaines de recettes de cuisine, découpé des poster de mes stars préférées, ou encore aimé lire tous ces magasines people pour adultes que je trouvais passionnants. Mais j’ai le sentiment que je n’accroche toujours pas avec le fantastique, qui est vraiment à la mode en ce moment, et depuis longtemps.

J’ai un petit coup de cœur pour les dystopies, et certains, mais seulement certains livres de science-fiction autres que les dystopies, et j’aime les romans d’anticipation (j’ai découvert un peu grâce à Cédric Charles Antoine qui m’a bluffée). Mais c’est très récent. J’en cherche d’autres si vous avez des titres…

Sinon j’ai bienarrow-10x10 compris que le fantastique est tout un art, que c’est quelque chose d’énorme et qui sort de l’imagination débordante de nombreux et talentueux auteurs tels que Dame l’Enchanteresse.

Prenons Victor Dixen, par exemple. J’adore PHOBOS mais alors, pas moyen de me faire adhérer à Animale.

Histoires de loups, de vampires, j’ai essayé. Pas adhéré. Même les livres de Twilight, que je possède, ne parviennent pas à me passionner, je ne les ai pas lu même si j’ai adoré le 2e film. Histoires d’humains transformables en animaux, de cercle étrange, de sœurs sorcières, très peu pour moi.

 

 

Alors voilà, je remercie énormément l’auteure de m’avoir fait confiance, de m’avoir offert son petit bébé, et j’espère qu’elle ne m’en voudra pas ! D’autant plus qu’il faut beaucoup d’imagination pour écrire un tel roman !

Il ne s’agit pas du tout de son livre qui est très bien fait dans son genre, mais de mes goûts personnels, que j’assume entièrement.

A qui s’adresse le livre ?

 

 C’est une question que je me suis posée dès le début. A des jeunes ados ? Parce que si c’est le cas, je trouve quand même que c’est un peu « bébé ». Mais je suis très sévère.

J’ai apprécié le côté romance et l’inventivité. J’ai bien aimé le fait que l’on ait une énonciation variée avec le point de vue du côté du mal aussi, c’est très appréciable. Je souligne aussi la qualité de l’écrit, très peu de fautes, très bon style avec une parfaite cohérence des temps, quelques phrases un peu longues mais très simples à comprendre.

Par contre j’ai trouvé que les prénoms ressemblaient trop à Narnia, vraiment trop.Et très difficile de les retenir tous. (Mais maintenant je sais que Narnia est venu APRES ce roman). C’est un peu « conte de fées » et ça me dérange, je n’accrochais pas au récit.  Un  peu trop de complexité, trop de rapports avec Narnia, Avatar, Maléfices, Twilight, etc. Peut-être trop de références à mon goût, et je ne serai sans doute pas la seule lectrice à le penser… En simplifiant mais en inventant quelque chose d’encore plus inédit, qui se démarque plus que d’autres, je pense que cela m’aurait plus plu.

J’aurais accentué la différence des niveaux de langue entre le monde fantastique et le vocabulaire familier voire grossier des jeunes adolescents : j’aurais fait parler les personnages fantastiques bien plus avec du langage soutenuarrow-10x10. C’était plutôt bien mais à renforcer.

J’ai eu un peu de mal avec le récit qui ne m’a pas trop prise par surprise une fois l’univers détaillé. En effet, je savais quand même, dans les grandes lignes, ce qui allait se passer. Les retrouvailles, les équipes, la romance etc… trop prévisible.

 

Pour conclure, je dirai que ce livre est vraiment bien écrit et qu’il plaira à des enfants, ados, jeunes ados férus de mondes fantastiques, magiques etc. Mais pour ma part il est trop spécial dans son genre et je n’ai pas réellement accroché aux personnages ni au récit qui me semble un peu trop « adressé aux jeunes » pour que je l’apprécie à sa juste valeur. En tout cas merci à l’auteure pour cette découverte et sa confiance. J’ai compris son message, son style et son aventure malgré que je lise d’autres genres littéraire d’habitude.

Publié dans Aventure, Fantastique, Romans | Pas de Commentaire »

California de Lisa Hubert-Hugoud : récit de vie présenté par Bouquinsprlefun : coup de coeur

Posté par bouquinsprlefun le 3 mars 2016

California de Lisa Hubert-Hugoud

 

Un récit de voyage qui m’a sincèrement et profondément touché et enthousiasmé. Il y a longtemps que mon rêve est de partir aux USA durablement. Ce récit m’a fait rêvé et m’a vraiment confirmé mon envie de vivre ma propre expérience, faire mes propres rencontres, décider de mon parcours et en profiter pour la vie.

Différents aspects sont mis en perspective : codes sociaux, vestimentaires, culturels, linguistiques, économiques, dérives du tourisme, dangers, exposition à la part « Tiers-monde » de ces grandes villes que sont San Francisco, Los Angeles, San Diego, Las Vegas,  Phoenix, Houston, New Orleans, en particulier.

Les personnages rencontrés au fil des expériences : j’ai adoré.

Non seulement car ils sont très réalistes et très bien présentés, avec honnêteté, précision, qualité du style. Mais en plus, j’y ai vu des personnages que je connais. J’ai vu en Jorge un ami de fac, qui lui aussi fait de l’humanitaire et est vraiment, vraiment fiable, gentleman, généreux, gentil, et avec une forte envie de défendre ses convictions personnelles. Et il s’appelle Jorge… Ca m’a vraiment plu ! Serait-ce le même Jorge ? Non, je ne pense pas. Il est unique !

What else, à part ça ?

J’ai vraiment ressenti les choses à la place de la narratrice, notamment lorsqu’elle se pose des questions sur le sens de son voyage, ses relations avec ses nouvelles rencontres, sa réputation due à sa nationalité française, ses doutes quant au bien-fondé de voyager toute seule, sa capacité à assimiler la langue et à penser dans cette langue au lieu de penser dans sa langue maternelle… La douleur des adieux avec ces inconnus qui étaient devenus très chers à son cœur… Tout cela m’a vraiment paru réaliste, très proche de mes attentes par rapport à un tel voyage.

Je ne lis pas beaucoup de récits de voyages, le dernier était certainement celui d’Anna Elle Prado qui a une double entrée, le voyage, oui, mais dans une quête très profonde et sérieuse.

J’ai vraiment, vraiment accroché, ce roman, California, correspond totalement à mes attentes et je ne rêve que d’une chose : partir également. Mais je n’aurai pas le cran de le faire toute seule. Je pense réellement qu’il faut quelqu’un qui partage le même rêve, même si on en arrive à se détester continuellement.

J’adore les passages « Voyager seule, c’est …  » qui sont tellement vrais ! Quelle expérience de vie, on a l’impression que la narratrice a pris des années d’expérience de la vie en un temps record, qu’elle a beaucoup grandi, pris de l’assurance.

Petits bémols : j’aurais apprécié une plus longue explication à la fin, une plus longue conclusion, voire un aparté avec les lecteurs qui désirent se lancer dans une telle aventure, en « freestyle » comme elle. Et bien sûr, la dernière ville visitée : j’aurai tellement aimé avoir un final plus détaillé, qu’on m’en dise plus sur la ville de mes rêves… mais c’est comme le voyage, finalement, parfois il y a des déceptions, ça ne rend pas le trajet moins intéressant ! Autre conseil : j’aurai adoré, mais alors adoré un petit guide, un petit manuel « conseils si vous aussi partez seul(e) sans préparation : éviter ceci, éviter cela… » cela aurait apporté une touche d’humour tout en gardant le sérieux du récit. « Manuel des castor-junior » remasterisé ! D’autre part j’aimerai bien l’avis de l’auteure maintenant, en prenant du recul : est-elle restée en contact avec certains « inconnus des U.S.A », a-t-elle accueilli des voyageurs à son retour en France, que lui reste-t-il maintenant comme souvenirs, a-t-elle écrit ce récit sous forme de journal pour se remémorer la chose, l’a-t-elle publié pour ça et uniquement pour ça ? Que ferait-elle différemment s’il fallait le refaire ? Va-t-elle se lancer dans une autre aventure à un endroit du globe différent ? Pourquoi ? Etc etc. Je veux bien un petit topo SVP ;)

 

 

Thèmes soulevés :

Rêve Américain ou Cauchemar ?

Chance / Malchance ?

Rencontres qui déterminent, quelle destinée ?

faire ses propres choix : quels risques ?

 

Pour conclure, il me semble très important de soulever un point qui n’est qu’un détail mais qui pour moi est vital : la nécessité de se lancer et de faire des choix dans la vie. J’ai longtemps attendu que les gens fassent des choix pour moi, à ma place. Tu veux regarder quel film ? Oh, n’importe, j’adore les films d’action pourris de toute façon. Comme si mes choix étaient juste là en fond de toile, pour faire joli. Faire plaisir aux autres avant moi. Faire comme les autres pour plaire à la majorité. N’importe quoi. C’est en faisant des choix et en les assumant qu’on avance. Qu’on se plante ou non, les retombées nous iront tout de même bien dans la figure et pas dans celle des autres. Faire des choix, c’est s’imposer, avoir confiance en soi, aller jusqu’au bout des choses. J’espère avoir le courage de me lancer pour partir aux Etats-Unis ou en Australie avant de quitter cette terre. Seule ou pas, avec ma famille ou pas. Je pense qu’il faut le faire, comme un pèlerinage, comme une aventure qui donne des forces pour la vie. Merci encore à l’auteure pour sa confiance, sa gentillesse et pour la qualité de son récit que j’ai vraiment envie de vous recommander, cher lecteur !

Publié dans Aventure, Romans | Pas de Commentaire »

 

Stephanie durieux |
La Ronde Des Mots |
Metaphysique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lasortie
| Famillerecompose
| Coincescheznous