• Bienvenue à tous les lecteurs !

    Bienvenue à tous les lecteurs !

  • Visites

  • Catégories

  • Agenda

    novembre 2015
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Que vous soyez lecteur ou auteur, ce site est fait pour vous

    Vous trouverez des articles sur mes lectures, mais aussi de nombreuses chroniques, des hebdos, des photos de ma bibliothèque et mes piles à lire. Je cherche à promouvoir les jeunes écrivains en devenir mais aussi à débattre sur les best-sellers...
    J'ai écrit deux romans, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site Edilivres
    http://www.edilivre.com/une-question-de-confiance.html#.VYMjWka85Ec
    http://www.edilivre.com/l-enquete-espagnole.html#.VYMjeUa85Ec
    Je me ferai un plaisir de vous dédicacer ces petits livres!

  • Pages

  • Fils RSS

  • Instagram

    Suivez-nous

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 29 novembre 2015

Sortilège d’Alex Flinn

Posté par bouquinsprlefun le 29 novembre 2015

Sortilège d’Alex Flinn

Sortilège d'Alex Flinn  dans Fantastique couv62182139-201x300

C’est un peu une romance fantastique basée sur « La belle et la bête ».

Kyle est un jeune garçon frimeur et pour qui l’apparence compte plus que tout. Hautain, « fils à papa » et surtout intolérant, il se prend pour le centre du monde.

D’autre part, le lecteur pourra lire de temps en temps des parenthèses : des internautes qui tchattent sur un forum un peu spécial « moches », dans laquelle on en apprend plus sur le triste sort de Monsterkid, un jeune homme un peu dépité par la vie.

Ces deux personnes s’avèrent être en fait une seule et même personne.

Tendant un piège à une jeune fille lors du bal de fin d’année à laquelle il est présupposé être le roi de la soirée, le jeune Kyle se retrouve face à face avec une fille spéciale, dont il ne soupçonnait pas le pouvoir. Elle avait vu venir sa farce, son envie de se moquer d’elle depuis longtemps. Il se trouve ainsi confronté à un désir de vengeance  : la jeune fille lui attribue une nouvelle apparence, et Kyle ne contrôle plus rien.

 

Voici ce que dit Kyle après sa transformation :

Le miroir me renvoyait le reflet d’une créature hybride ni

tout à fait loup, ours, gorille ou chien, sorte de mutant

atroce et bestial marchant debout comme un humain, sans

en être un cependant. Ma bouche dénuée de lèvres laissait

voir des crocs, des griffes me tenaient lieu d’ongles, et des

poils me poussaient partout. Moi qui avais regardé de haut

les personnes affligées d’une vilaine peau ou d’une

mauvaise haleine, j’étais devenu un monstre.

A la façon de la Belle et la Bête, Kyle, alias Monsterkid, ou encore Adrian, va s’enfermer dans une mystérieuse demeure, comme un château, une prison, pour n’en sortir que la nuit, lorsque la bête pourra se cacher pour respirer l’air de la ville. Mais qui est Belle dans l’histoire ? Va-t-il l’enfermer dans un cachot, comme dans le traditionnel conte de Noël ? Comment le livre va-t-il pouvoir refléter cette histoire de façon moderne ? Voilà les questions que je me posais avant lecture.

Mon avis :

Au départ, j’ai été surprise par la mauvaise qualité de la traduction, qui une fois encore m’a énormément déçue. Alors, j’ai dû m’accrocher pour continuer ma lecture en essayant de rester sur le récit et non les dialogues, totalement du « mot à mot », impossible à comprendre de temps en temps ! Une honte. Je ne prétends pas  pouvoir traduire entièrement un livre, bien au contraire, mais il y a des limites !

Un peu plus tard, dans le récit, j’ai apprécié les « parenthèses » où Monsterkid discute sur Internet. Cela rend l’histoire intéressante, comme des « pauses » qui permettent de se reposer un peu, de lire autre chose que le récit en lui-même, et cela intéressera bien sûr les ados et jeunes adultes. C’est original.

Puis, on se pose des questions sur cette mystérieuse maison, sur la tristesse de Kyle, est-ce qu’il va réellement changer, et si oui, comment ?

Une leçon de vie sur la façon de se voir et de voir les autres en fonction des apparences. Elle montre sur le fond que personne n’est à l’abri d’un accident de la vie, d’un changement brutal, d’une maladie, peu importe. Personne ne doit prendre ce qu’il a / ce qu’il est / à quoi il ressemble pour acquis toute sa vie. Car il ne suffit que d’une seconde pour que tout bascule et que toutes vos valeurs tombent comme un château de cartes. Mais cela dépend de vous de tout faire pour récupérer les bénéfices d’avant, tout n’est pas forcément tout noir ou tout blanc, parfois les problèmes sont réversibles. Parfois, non, et il faut s’habituer, se conformer à une nouvelle vie.

Voilà ce que m’inspire ce livre.

Enfin, la partie romance, intéressante, divertissante. J’ai eu du mal à accrocher. Soit parce que je n’aimais pas trop les dialogues, soit parce que ça ressemblait trop au classique de W. Disney. Finalement j’ai bien aimé. Notamment grâce à ce poème magnifique, que je ne traduirai pas car il est selon moi parfait en version originale ! =>>>>>voir film ! 

HAVING A COKE WITH YOU

is even more fun than going to San Sebastian, Irún, Hendaye, Biarritz, Bayonne
or being sick to my stomach on the Travesera de Gracia in Barcelona
partly because in your orange shirt you look like a better happier St. Sebastian
partly because of my love for you, partly because of your love for yoghurt
partly because of the fluorescent orange tulips around the birches
partly because of the secrecy our smiles take on before people and statuary
it is hard to believe when I’m with you that there can be anything as still
as solemn as unpleasantly definitive as statuary when right in front of it
in the warm New York 4 o’clock light we are drifting back and forth
between each other like a tree breathing through its spectacles

and the portrait show seems to have no faces in it at all, just paint
you suddenly wonder why in the world anyone ever did them

I look
at you and I would rather look at you than all the portraits in the world
except possibly for the Polish Rider occasionally and anyway it’s in the Frick
which thank heavens you haven’t gone to yet so we can go together the first time
and the fact that you move so beautifully more or less takes care of Futurism
just as at home I never think of the Nude Descending a Staircase or
at a rehearsal a single drawing of Leonardo or Michelangelo that used to wow me
and what good does all the research of the Impressionists do them
when they never got the right person to stand near the tree when the sun sank
or for that matter Marino Marini when he didn’t pick the rider as carefully
as the horse

it seems they were all cheated of some marvelous experience
which is not going to go wasted on me which is why I am telling you about it

Frank O’Hara

 

Pour conclure, un livre finalement assez original avec des touches de romantisme, une très grande tristesse intérieure, bien décrite, et de l’espoir aussi. J’ai apprécié modérément, ce n’est pas un coup de cœur mais il est touchant quand même. Je vous le conseille pour les vacances. Parfait pour la période.

 

Publié dans Fantastique, Romances, Romans, Romans dont on a produit le film | 2 Commentaires »

 

Stephanie durieux |
La Ronde Des Mots |
Metaphysique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lasortie
| Famillerecompose
| Coincescheznous