• Bienvenue à tous les lecteurs !

    Bienvenue à tous les lecteurs !

  • Visites

  • Catégories

  • Agenda

    novembre 2015
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Que vous soyez lecteur ou auteur, ce site est fait pour vous

    Vous trouverez des articles sur mes lectures, mais aussi de nombreuses chroniques, des hebdos, des photos de ma bibliothèque et mes piles à lire. Je cherche à promouvoir les jeunes écrivains en devenir mais aussi à débattre sur les best-sellers...
    J'ai écrit deux romans, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site Edilivres
    http://www.edilivre.com/une-question-de-confiance.html#.VYMjWka85Ec
    http://www.edilivre.com/l-enquete-espagnole.html#.VYMjeUa85Ec
    Je me ferai un plaisir de vous dédicacer ces petits livres!

  • Pages

  • Fils RSS

  • Instagram

    Suivez-nous

  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 17 novembre 2015

« L’allée des Disparus » traduit et adapté par Guillemette Allard-Barès

Posté par bouquinsprlefun le 17 novembre 2015

L’allée des disparus

L'allée des disparus

En 5 ans, quatre hommes avaient mystérieusement disparu d’un village calme de montagne.  En plein jour, et toujours au milieu d’une allée du village précisément.

C’est l’histoire racontée par un homme à cette femme narratrice, une septuagénaire nommée Amélie, apparemment habituée à mener des enquêtes .

Chargée par ce vieux policier de mener l’enquête sans éveiller les soupçons (sans qu’on sache qu’elle travaille en collaboration avec la police), notre héroïne d’un certain âge va tenter de gagnerarrow-10x10 dans Fantastique la confiance des habitants afin d’obtenir ses informations. Dotée naturellement de talent pour opérer discrètement, amie avec certains habitants et en plus très professionnelle, Amélie va se lancer dans les investigations… C’est ainsi que la vieille dame remplace un jeune inspecteur de New York in-co-gni-to.

S’imposant légèrement auprès de ses hôtes, qui ne sont autres que la famille de sa meilleure amie d’enfance au pensionnat, mystérieusement décédée lors d’un voyagearrow-10x10 dans Romans à l’étranger, la narratrice ne sera pas déçue du voyage à « X », nom donné par l’auteur au village de l’Allée des Disparus.

L’accueil qui est fait à cette visiteuse impromptue est plutôt mitigé : entre une maison qui avait dû être autrefois plutôt clinquante et prestigieuse mais qui tombait en ruine à cette époque, et des hôtes tout aussi froids et qui semblent cacher un lourd secret, la vieille dame aura du pain sur la planche.

Dès l’heure du coucher, l’une de ses hôtes, qui parait vraiment effrayée, la met en garde à sa manière: il n’y a pas de quoi avoir peur, tout est normal, même si elle entend des bruits étranges durant la nuit. De quoi rassurer n’importe qui, évidemment ! Mais notre Amélie de compétition, elle n’est pas n’importe qui ! Elle n’a pas peur de rien, comme dirait l’autre.

 

Au départ, le récit parait un peu complexe, « du chinois », des phrases très longues qui tournent autour du pot : en un paragraphe, il vous faudra résumer dans votrearrow-10x10 dans Romans policiers tête ce qui est dit tout aussi efficacement en une phrase. Tel est le style de l’auteur. Mais lorsqu’on creuse un tout petit peu, on entre dans la tête de la narratrice, Amélie, et c’est elle qui fait tout le boulot. Plus besoin de réfléchir pour comprendre, là, on adore. Car elle nous explique par exemple ses petits défauts, on lit dans ses pensées, on apprend qu’elle a peur de ci ou de ça mais que par ailleurs elle a une certaine manière de sonder les gens dès la première rencontrearrow-10x10. Une femme atypique ! (clin d’œil à mes amis qui se reconnaîtront).

A 18% de lecture (je rappelle que je l’ai lu en ebook) j’ai compris quelques trucs supplémentaires et je me pose la question suivante : est-ce que la famille est une famille de vampires ? teint blafard, excuses pour se relayer entre sœurs (Loreen et Lucetta) auprès de quelqu’un ou quelque chose, grande peur de la part des deux sœurs, personnage du grand frère très fort et qui m’a donné la chair de poule… Mes hypothèses sont-elles les bonnes ? J’en oublierai presque l’enquête de l’Allée des Disparus. Ah, au fait, cette maison est au bout de l’Allée des Disparus… la famille est donc suspecte…

A 60% de lecture j’ai compris beaucoup de choses progressivement mais le mystère reste tout de même entier ! C’est une sensation étrange ! Tout le monde paraît suspect à ce stade.

 

Le personnage d’Amélie

on l’aime et on la déteste à la fois !

J’aime particulièrement quand on entrevoit ses doutes, sa façon de « paraître » devantarrow-10x10 les gens étant plutôt différente de ce qu’elle pense, ce qu’elle est réellement. Pas seulement pour passer incognito dans le village, mais aussi et surtout car elle a un fort caractère et qu’elle essaie de ne pas le montrer. Elle essaie de se maîtriser, être nuancée, une femme indépendante mais plutôt « gentille » voire un peu « naïve », et si elle déteste quelqu’un, elle le déteste, un point c’est tout. Courageuse, Amélie ne comptearrow-10x10 que sur elle-même. Pleine de bon sens, d’ingéniosité à la Mac Giver, elle est une très bonne enquêtrice.

Je déteste le fait qu’elle s’impose, qu’elle ose, qu’elle soit si franche d’autre part ! C’est très complexe à expliquer. Son caractère est contradictoire. Butée, elle montre qu’elle est sûre d’elle, elle s’invite chez des inconnus sans aucun problème, elle fouine un peu partout sans éprouver quoi que ce soit de mal. Elle défie toutes les règles, toutes les lois, a des méthodes bienarrow-10x10 spécifiques, et aussi, elle ne croit pas aux fantômes. Une candidate idéale dans la résolution de cette énigme, donc.

Les + : quand Amélie s’adresse au lecteur, j’adore. Elle me fait penser à Jessica Fletcher dans Arabesque. Petits clins d’œil de temps en temps, comme une pause cérébrale, ça fait un bien fou. On en redemande. Le facteur « lutte des classes » qui vient s’insérer dans le roman : Amélie qui a un niveau de vie plutôt aisé, confortable, par rapport à ses hôtes, qui sont très gênés de l’accueillir dans leur maison non entretenue. La gêne réciproque montrée dans ce livre est très finement développée. On retrouve le clivage dans leur langage, la retenue d’Amélie par rapport à la franchise du chef de famille aussi. J’ai apprécié ces « chocs des cultures ».

Les – : …. bonne question… : le langage d’époque et un peu trop soutenu à mon goût mais on comprend le sens évidemment. Au risque de me répéter. C’est tout. La fin peut-être un peu trop prévisible, ou alors qui intervient un peu trop tôt dans le livre, par exemple, j’ai eu des soupçons largement au bout de la moitié du livre… Vous verrez… 

Voilà, c’est tout pour le moment, bravo Guillemette, j’ai hâte de lire l’autre livre qui est sur ma kindle. A bientôt pour une prochaine chronique !

Ecrit par Anna Katharine Green en VO, disponible en VF sur Amazon.

Retrouvez le tout nouveau livre de Guillemette Allard-Bares ici, c’est sorti… le 17 Novembre 2015 !! Félicitations à elle !

Et bien sûr je vous recommande La Houleuse, j’avais fait un article il y a peu de temps ! dispo en version ebook ou broché !voir archives.

Publié dans Chroniques diverses, Fantastique, Romans, Romans policiers | Pas de Commentaire »

 

Stephanie durieux |
La Ronde Des Mots |
Metaphysique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lasortie
| Famillerecompose
| Coincescheznous