• Bienvenue à tous les lecteurs !

    Bienvenue à tous les lecteurs !

  • Visites

  • Catégories

  • Agenda

    septembre 2015
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Que vous soyez lecteur ou auteur, ce site est fait pour vous

    Vous trouverez des articles sur mes lectures, mais aussi de nombreuses chroniques, des hebdos, des photos de ma bibliothèque et mes piles à lire. Je cherche à promouvoir les jeunes écrivains en devenir mais aussi à débattre sur les best-sellers...
    J'ai écrit deux romans, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site Edilivres
    http://www.edilivre.com/une-question-de-confiance.html#.VYMjWka85Ec
    http://www.edilivre.com/l-enquete-espagnole.html#.VYMjeUa85Ec
    Je me ferai un plaisir de vous dédicacer ces petits livres!

  • Pages

  • Fils RSS

  • Instagram

    Suivez-nous

ALE de Sophie G. Winner

Posté par bouquinsprlefun le 25 septembre 2015

ALE de Sophie G. WinnerALE

Il fut un temps, les jeux vidéo étaient notre quotidien. Les vrais, je veux dire avec une console. Maintenant, tout est « fictif ». Je m’explique : le format est totalement différent. On ne « touche » pas les énormes jeux en les mettant dans la console…

En 2015, on fête les 30 ans de Super Mario, ça vous parle ? Moi, ça me file un coup de vieux !

On était petits, on avait reçu une Sega Megadrive et on l’adorait. Petit à petit sont venus s’ajouter plusieurs jeux. Sonic, Mister Nuts, Le livre de la Jungle, Tintin, Titi et Grosminet faisaient notre joie. Les codes de triche, c’est venu après. BABBAABABABABBAB et on s’éclatait avec des vies à l’infini !

Par après, ceux de ma génération vont confirmer, on a eu les petites consoles portatives formidables, avec le premier jeu classique : Tétris. Alors qu’on se le dise, on a tous passé des heures et des heures devant ce tout petit écran noir et blanc, (en couleur pour les chanceux) alors qu’on avait des devoirs à faire. Qui ne se souvient pas de la fameuse musique du début et les bruits des touches quand on casait les figures pour former des lignes ? Menteurs.

On a eu aussi la série de tamagotchi, superbe mode venue tout droit du Japon, et nous, on ne se déguisait pas encore en Sailor Moon ou Dragon Ball Z, les cheveux en pétards, la combi orange ou encore les longs cheveux roses avec l’uniforme de l’école japonaise. Non. Et même si on était fans de Nicky Larson ou autres, on n’allait pas en vacances au Japon pour autant, comme nos jeunes privilégiés de petits fils à papa aujourd’hui !

Un peu plus tard encore, j’ai eu l’occasion de jouer à Tomb Rider. LE jeu vidéo en vogue, j’ai donc pu découvrir comment avancer dans les sous-sols de Venise et prendre différentes armes, et je me souviens d’ailleurs de la difficulté à grimper sur une paroi, je ne sais même plus si j’y suis enfin arrivée. Je me faisais tuer à tous les coups. Quelle violence à l’époque ! Pourtant, c’était génial. Modernité, graphisme d’enfer, personnages plutôt réalistes etc.

Les avatars sont venus aussi dans ces années-là avec un jeu dont je raffolais, et très chronophage, sans début, sans fin, sans autres objectifs que : se nourrir, se divertir, se cultiver, se faire des amis ou encore aller travailler et évoluer dans une société créée par vous-mêmes… (purement égocentriste, égocentré, égo-géré)… voyez-vous de quoi je parle ? Avec de petits discs additionnels pour construire des maisons avec des décos de plus en plus farfelues, des œuvres d’art achetées grâce à des codes « argent illimité »… ? Les Sims bien sûr. J’étais addict. Mais ça, c’était avant ma passion pour les bijoux à faire soi-même, pour les boutiques de Strasbourg, ou encore pour l’écriture. ^^ Dans ces jeux, ce qui est fou c’est le réalisme. Ce qui est nul c’est le manque d’objectifs, ou plutôt sans tâche finale. Le Sim meurt si vous voulez, il fait des enfants, comme dans la vie, mais vous ne gagnez rien à part ça. Vous essayez de le faire travailler dur : piano, guitare, livres, mécanique, sport, et plus il apprend, plus il vieillit par ailleurs. Si vous remplissez ses cases de « capacités », vous êtes sûr(e) de tout gâcher parce qu’il n’aura pas vécu socialement et il va vieillir, mourir en n’ayant pas profité de la vie. Vous vous construisez un vie fictive à travers un avatar… Voyez-vous où je veux en venir ?

 

 

Un monde virtuel et réel à la fois

ALE, c’est bien plus qu’un plongeon dans un jeu vidéo du futur. ALE c’est le summum de l’intensité, la réalité des avatars et la confusion entre la vie et le jeu. Modernité, technologie de pointe, vitesse, décalage total avec le monde d’aujourd’hui, thèmes et valeurs au top niveau, je vous assure qu’en lisant ce livre, vous plongerez dans un univers très mais alors très spécial et que vous allez adorer.

Lola est une jeune fille adepte des jeux vidéos, vivant en Belgique, jeune adulte de 19 ans, une famille, un boyfriend et des amis. Une vie équilibrée, donc. Elle accepte d’office de participer à un essai sur un nouveau jeu. Nous sommes en 2025.

Un casque spécial sur les yeux, et hop, Lola est prête pour rentrer dans le jeu. Mais elle n’en reviendra pas indemne. Ce jeu plus vrai que nature lui laissera vraiment un souvenir impérissable. Si bien qu’elle ne pourra s’empêcher d’y retourner, tout comme nous, lecteurs, ne pourrons nous empêcher d’ouvrir le livre ALE, d’enlever le marque-pages et de replonger dans ce monde virtuel sans précédent.

 

Il m’arrive souvent de craquer pour un livre en regardant seulement sa couverture et en lisant son titre. Celui-ci m’a vraiment tapé dans l’œil, et j’ai eu raison de suivre ma première impression. Un livre tellement bien fait, bien rédigé, bien construit, et qui dénonce de façon tellement réelle l’impensable futur dans lequel nous nous engageons peut-être… que vous prenez votre casque de spectateur, et que vous aussi participez au jeu. Pourrez-vous vous en sortir ou resterez-vous coincé dans le monde Naturalia comme l’un des personnages principaux ?

Ah, et j’allais oublier, ce livre a été réalisé sur la base d’une participation de lecteurs européens, je trouve le concept AMAZING. Ainsi que l’auteur qui semble très impliquée, qui dénonce de manière si fine, si intégrée, si naturelle en fait, ce dont tout le monde a peur actuellement sans oser se l’avouer, et sans rien pouvoir y faire à sa portée, à son échelle. Enfin, ça, c’est ce qu’on pense. N’est-ce pas ensemble qu’on réussit à franchir tous les obstacles, à changer les choses, à améliorer les conditions de vie et protéger notre nature, base de toute vie sur terre ?

Bref, je ne suis pas particulièrement écolo, ni dans la défense de la nature (pas du tout, même), ou encore dans la mouvance « protégeons nos enfants des méchants rayons UV, donc, arrêtons de détruire la couche d’ozone », mais ce livre m’a totalement interpellée. Les bénéfices de chaque geste que nous faisons au quotidien pour réduire nos consommations, nos dépenses énergétiques, nos actes pollueurs individuels et collectifs sont énormes, c’est ce que je retiens tout de même en prenant du recul sur ce livre.

Incontournable, moderne, touchant, et très original.

 Je remercie l’auteur pour la dédicace, aussi originale et mémorable que son oeuvre !

http://www.ale2100.com/index.php?id=0

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Stephanie durieux |
La Ronde Des Mots |
Metaphysique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lasortie
| Famillerecompose
| Coincescheznous