• Bienvenue à tous les lecteurs !

    Bienvenue à tous les lecteurs !

  • Visites

  • Catégories

  • Agenda

    septembre 2015
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Que vous soyez lecteur ou auteur, ce site est fait pour vous

    Vous trouverez des articles sur mes lectures, mais aussi de nombreuses chroniques, des hebdos, des photos de ma bibliothèque et mes piles à lire. Je cherche à promouvoir les jeunes écrivains en devenir mais aussi à débattre sur les best-sellers...
    J'ai écrit deux romans, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site Edilivres
    http://www.edilivre.com/une-question-de-confiance.html#.VYMjWka85Ec
    http://www.edilivre.com/l-enquete-espagnole.html#.VYMjeUa85Ec
    Je me ferai un plaisir de vous dédicacer ces petits livres!

  • Pages

  • Fils RSS

  • Instagram

    Suivez-nous

TEXTE NUMERO 4 pour le CONCOURS Cé la Rantré par Huguette Conilh

Posté par bouquinsprlefun le 5 septembre 2015

TEXTE NUMERO 4 par Huguette Conilh

Je l’ai jamais dit à personne, faut préciser que je tiens à ma réputation, mais la rentrée, pour

moi, c’est le meilleur jour de l’année. Je connais rien de plus cradingue que l’été : c’est moite,

ça pue, et la nuit vient trop tard pour organiser les petits trafics sans éveiller les soupçons des

parents. Des adultes. Des biens pensants. Des empêcheurs de tourner en carré. Des fabricants

de règles. Parce que moi, les règles, je m’en contrefous ; même m’en servir uniquement pour

tracer un trait ça me file la gerbe. J’aime pas ce qui est droit. C’est pas droit la vie, ça ondule,

ça fait des vagues, des tours et des détours. Je suis pas sûr que les règles puissent redresser ça.

C’est la rentrée. On la sentait venir depuis au moins un mois, tu me diras ; des fournitures

plein les magasins, des mômes braillards dans les rayons, ma mère avec sa liste de quinze

kilomètres et mon père qui préparait le terrain à coups de promesses qu’il ne tiendra pas,

comme d’hab. Tous les ans, il croit que c’est le grand jour, le grand départ d’une nouvelle vie

pour moi. Tous les ans, il est persuadé que je vais m’y mettre, que j’ai grandi, que j’ai

compris. J’ai compris, oui, mais pas la même chose que lui. J’ai compris qu’il suffit pas de

vouloir des belles choses pour les autres, il faut aussi faire un pas vers eux, leur tendre la

main, parler la même langue si possible. Et lui, il parle pas la mienne.

À 15 ans, tu peux pas imaginer ton avenir en PDG d’une future multinationale. À part s’il te

laisse entrevoir la possibilité d’étendre tes petits trafics perso comme l’araignée qui demande

rien à personne pour tisser sa toile. Ils sont combien à piger ça, parmi ceux qui ont fini par

rejoindre le troupeau des endormis ? Moi, je rêve que d’un truc, c’est de zapper cette année

d’un claquement de doigts et d’entrer l’année prochaine en apprentissage. Il me faut de la

thune. Le commerce du gazon, ça commence à sentir le roussi. Comme le milieu de l’été en

pleine canicule. Bosser un minimum pour empocher un peu d’argent de poche, le temps

d’anesthésier la méfiance parentale, c’est jouable, non ?

Ça se bouscule au portillon, à grands coups de claques dans le dos, de rire qui sonnent faux,

de voix qui portent loin. Je fais pareil, j’imite assez bien le mec content de retrouver ses

copines les brebis. Peut-être même que cette année j’arriverai à me faire des potes, pour de

semblant comme dit ma petite sœur qui nage encore dans l’innocence. C’est important les

apparences, ça te permet de passer incognito et de créer le buz le jour où tu passes à l’acte.

Notoriété facile : toujours être à l’opposé de ce qu’on attend de toi.

Je connais personne qui soit capable d’aller voir au-delà des apparences. Je l’ai pas encore

rencontré en tout cas. Je me demande bien ce que ça va donner avec la nouvelle prof de

techno. Faut dire qu’on a bien usé l’autre l’an dernier, pas tout à fait jusqu’à la corde qui a mis

fin à sa carrière.

C’est la rentrée, alors je rentre. Tous les ans mon père fait le même rêve et moi je fais le mien.

Celui de rencontrer le prof qui me sortira de cette merde.

 

2 Réponses à “TEXTE NUMERO 4 pour le CONCOURS Cé la Rantré par Huguette Conilh”

  1. bouquinsprlefun dit :

    Je prends note, Paul Eric, pas de problème !
    Votez pour le Texte d’Huguette Conilh ci-dessous en laissant un commentaire ;)

  2. Paul Eric dit :

    Et pour celui-là, où ki l’est le lien pour voter ? C’est pour lui que je veux voter, moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Stephanie durieux |
La Ronde Des Mots |
Metaphysique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lasortie
| Famillerecompose
| Coincescheznous