• Bienvenue à tous les lecteurs !

    Bienvenue à tous les lecteurs !

  • Visites

  • Catégories

  • Agenda

    janvier 2015
    L Ma Me J V S D
        fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Que vous soyez lecteur ou auteur, ce site est fait pour vous

    Vous trouverez des articles sur mes lectures, mais aussi de nombreuses chroniques, des hebdos, des photos de ma bibliothèque et mes piles à lire. Je cherche à promouvoir les jeunes écrivains en devenir mais aussi à débattre sur les best-sellers...
    J'ai écrit deux romans, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site Edilivres
    http://www.edilivre.com/une-question-de-confiance.html#.VYMjWka85Ec
    http://www.edilivre.com/l-enquete-espagnole.html#.VYMjeUa85Ec
    Je me ferai un plaisir de vous dédicacer ces petits livres!

  • Pages

  • Fils RSS

  • Instagram

    Suivez-nous

  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 12 janvier 2015

De l’eau pour les éléphants de Sara Gruen

Posté par bouquinsprlefun le 12 janvier 2015

Paru en 2006, adapté au cinéma en 2011.  Je lui donne 9 sur 10.

Lu pendant les vacances de Noël par intermittence entre deux courses, agrémenté de thés de Noël et mandarines, ce livre sent bon la cannelle. Je veux dire que c’est un livre mémorable, un livre-trésor qu’on ouvre et qu’on adore. On y plonge la main et on en sort plein de bijoux: un collier de perles véritable, une bague en argent et une montre bling-bling du plus bel effet !

Certains ont détesté, moi, j’ai adoré. Et pourtant, j’avais lu le film avant. Certes, certains lecteurs vont évidemment trouver que ça fait « cliché »de regarder le film puis le livre. Dur débat, voire débat inutile. Puisque l’on lit purement par plaisir, en tout cas c’est mon cas pour les romans.

Donc, nous sommes dans les années 30, on entend presque la musique, on sent les odeurs de cigare et on se prend pour des spectateurs de cirque. Je n’ai jamais vraiment adoré le cirque. Peut-être par crainte des animaux, par non-intérêt pour les numéros d’artistes ou parce que les animaux ysont soit-disant mal traités. Enorme stéréotype du genre. Du coup, au départ, j’avais plutôt peur de m’ennuyer.

En fait l’histoire passionnante de ce jeune homme, se faisant d’abord passer pour vétérinaire puis avouant la vérité auprès du patron du cirque, se dévoile de manière magistrale. On s’intéresse tant au décor, aux numéros, aux animaux, qu’à l’histoire de Jakob, qui est si joliment contée. Le lecteur est confronté aux difficultés financières, matérielles, aux conditions de vie des artistes et des animaux. Il se demande « comment peut-on maltraiter des animaux ? », qu’il soit concerné par leur cause ou indifférent! Ce qui est difficile à décrire, ce sont les sentiments :o n est pris par l’histoire du début à la fin, bien que le roman soit long. L’énonciation fait que l’on est passionné, très rapidement, par la vie au cirque, les rencontres, les séances d’entrainement et de dressage de l’éléphant, magnifique sujet du roman. Le fait que l’histoire se passe dans les années 30 donne un aspect feutré, un peu « lounge », un peu sombre, et apporte beaucoup. L’auteur laisse le lecteur interpréter plusieurs ambiances : à la fois le spectateur, et l’artiste, puisque Jakob fait partie des travailleurs et non des spectateurs.

Magnifique histoire. Je vous conseille également le film, qui vaut la peine d’être vécu !

Résumé

Déboussolé par la mort de ses parents dans un accident, ayant perdu famille et foyer, Jacob Jankowski saute dans le premier train qui passe, celui du cirque Benzini. Il va découvrir le monde clos des  » monstres « , des paumés, des laissés pour compte, celui des artistes d’un cirque de troisième zone, essayant, de ville en ville, de survivre à la Grande Dépression. Un monde avec ses propres règles, ses lois impitoyables.
Etudiant vétérinaire en fin de cursus, Jacob est pressenti pour s’occuper de la ménagerie de cette  » nef des fous « . Il tombera amoureux de Marlene, une belle écuyère mal mariée à Auguste, directeur du cirque et dresseur aussi charismatique que sadique. Et va rencontrer Rosie, une éléphante réputée indressable jusqu’à ce que Jacob découvre la façon de communiquer avec elle.

Water for elephants

Publié dans Chroniques diverses, Romans dont on a produit le film | Pas de Commentaire »

 

Stephanie durieux |
La Ronde Des Mots |
Metaphysique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lasortie
| Famillerecompose
| Coincescheznous